Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les microbiotes, ces bactéries qui nous font du bien

VRAI/FAUX Les microbiotes passionnent depuis quelques années autant la recherche que le grand public, mais pour aller plus loin, une campagne nationale propose des conférences à partir de ce vendredi dans toute la France…

Oihana Gabriel

— 

Illustration de bactéries qui composent le microbiote.
Illustration de bactéries qui composent le microbiote. — Pileje
  • A l’occasion de la campagne nationale sur les microbiotes proposée jusqu’au 19 octobre par le laboratoire PiLeje, 20 Minutes propose un petit précis sur ces fameuses bactéries.
  • Depuis 2006, la recherche comme les laboratoires s’intéressent beaucoup à ces microbiotes qui influencent aussi bien nos défenses immunitaires que nos émotions.
  • Un cycle de conférences dans toute la France peut permettre aux curieux d’en apprendre un peu plus sur les microbiotes.

On a longtemps parlé de flore intestinale ou vaginale, mais si vous voulez briller en société, mieux vaut employer le terme plus approprié de microbiote. Si de nombreux ouvrages et campagnes ont dévoilé au grand public que l’intestin est notre deuxième cerveau et à quel point il agit sur nos émotions, pas évident de suivre les dernières avancées sur les microbiotes. A partir de vendredi, les curieux pourront se renseigner lors de conférences grand public et gratuites* organisées par le laboratoire PiLeje, qui commercialise entre autres des probiotiques, qui renforcent la flore intestinale.

C’est quoi, c’est où et à quoi ça sert le microbiote ? 20 Minutes a tenté de démêler le vrai du faux.

>> A lire aussi : Pourquoi l’intestin est devenu un sujet ultra tendance?

Le microbiote, c’est uniquement dans l’intestin

Faux. Si on entend beaucoup parler du microbiote intestinal, le plus important, le corps humain héberge en réalité diverses familles : le microbiote vaginal, buccal, mammaire, pulmonaire, cutané… La recherche s’est intéressée plus récemment au microbiote dans l’œil.

Le microbiote est formé de bactéries

Oui, mais pas uniquement. On appelle microbiote l’ensemble de bactéries, levures, champignons, virus qui forment un écosystème. On vit donc en bon entendement avec 50.000 milliards de bactéries cachées dans notre intestin… « Cette découverte, qui date de 2006, a totalement changé notre vision des bactéries, longtemps considérées comme les ennemis à abattre, souligne Didier Chos, nutritionniste et président de l’institut européen de Diététique et de Micronutrition (IEDM). On a cherché des médicaments pour les exterminer… avec de bons résultats ! Mais sans savoir que ces techniques agressives altéraient ce microbiote dont l’équilibre a un impact très important sur notre santé. Aujourd’hui, on cherche plutôt à les cajoler pour que leur action soit bénéfique à notre organisme. »

Ainsi, quand un patient prend des antibiotiques, qui détruisent des bactéries néfastes mais peuvent aussi attaquer les « bonnes » bactéries, il lui est parfois conseillé de prendre en complément des probiotiques. « Le microbiote vaginal souffre souvent d’un excès d’hygiène avec des douches internes trop répétées et des savons trop agressifs, reprend Didier Chos. Et si les bains de bouche permettent d’éliminer une infection, quand cela devient une habitude, ils risquent de perturber l’équilibre du microbiote buccal. »

Ces bactéries nous veulent du bien

Vrai. Le microbiote intestinal joue notamment un rôle majeur pour se défendre des agressions extérieures. Troubles digestifs, infections, allergies et pathologies chroniques peuvent être liés à un déséquilibre de cet écosystème. D’où une réelle révolution pour la recherche… et un gain bien identifié par les laboratoires qui proposent de plus en plus de probiotiques. « Ce n’est pas un phénomène de mode, mais un phénomène de recherche, nuance le nutritionniste. La vision de la médecine s’en trouve changée et tous les jours de nouvelles études sur ce fameux microbiote paraissent. »

 

>> A lire aussi : La flore intestinale, mine d'or potentielle pour la pharmacie et l'agroalimentaire

Notre microbiote dépend uniquement de notre alimentation et des médicaments

Faux. Petit à petit, la recherche découvre que notre microbiote, spécifique à chaque individu, est influencé par le mode d’accouchement, l’allaitement, le patrimoine génétique, le tabac, l’alcool, le stress, en plus de l’alimentation et des médicaments. Par ailleurs, ces microbiotes évoluent en fonction de l’âge.

Un problème de microbiote se traduit forcément par des troubles digestifs

Faux. C’est le premier signal qui doit alerter : constipation, ballonnements, gaz ou diarrhées, même si ces symptômes sont souvent banalisés par les patients. « Mais les désordres sont plus ou moins bruyants, reprend le Dr Chos. Certains patients présentent ce qu’on appelle des signes à distance : une fatigue chronique, des douleurs articulaires, des allergies par exemple. »

>> A lire aussi : Constipation, reflux… Un gastro-entérologue lève le voile sur nos petits et gros maux de ventre

Il y a un lien entre microbiote intestinal et cerveau

Vrai. L’intestin, considéré comme un « deuxième cerveau », aurait un lien direct avec les troubles de l’humeur, l’autisme et certaines maladies neuro-dégénératives. « L’anxiété et la dépression peuvent être liées à un système digestif perturbé, ce sujet a été largement documenté depuis quelques années, poursuit le Pr Chos. Grâce au succès du livre Le charme discret de l’intestin [best-seller d’une gastro-entérologue allemande], le grand public a compris que l’intestin a un impact sur les émotions. Mais peu de gens savent vraiment comment ce microbiote fonctionne. »

Illustration de livres sur le sujet des intestins, le 25 février 2016.
Illustration de livres sur le sujet des intestins, le 25 février 2016. - 20 Minutes

 

 

* Campagne nationale de PiLeje « Ma santé passe par mes microbiotes » jusqu’au 19 octobre dans dix villes françaises. Pour s’inscrire et se renseigner : www.microbiotes-sante.fr/evenements.