Charles (à g.), Laure Guéroult-Accolas et Benoît (à d.) ont développé ensemble ce chatbot, Vik, avec des informations fiables, accessibles et vulgarisées pour tous les patients atteints d'un cancer du sein et leurs proches.
Charles (à g.), Laure Guéroult-Accolas et Benoît (à d.) ont développé ensemble ce chatbot, Vik, avec des informations fiables, accessibles et vulgarisées pour tous les patients atteints d'un cancer du sein et leurs proches. — O. Gabriel / 20 Minutes

INNOVATION

VIDEO. Cancer du sein: Quand Vik, une intelligence artificielle, informe et accompagne les patientes

A l’occasion d’Octobre rose, une association propose aux patients et leurs proches un robot qui répond à toutes les questions sur messenger…

  • Dimanche a commencé Octobre rose, ce mois de sensibilisation au cancer du sein qui touche une femme sur huit en France. 
  • Pour aider ces patientes, Mon réseau cancer du sein en lien avec la start-up We fight a développé un robot qui répond à toutes les questions.
  • Disponible tout le temps, partout et sans jugement, Vik, ce chatbot, s'avère très utile aux patientes qui ont pu tester la première version. 

« On ne tombe pas malade qu’au mois d’octobre », ironise Laure Guéroult-Accolas, fondatrice de Mon réseau cancer du sein, un réseau social d’entraide entre patientes. Mais depuis dimanche, premier jour d’ Octobre rose, les patientes atteintes d’un cancer du sein ont pu faire la connaissance de Vik. Un petit compagnon virtuel que l’on peut interroger à la moindre question sur cette maladie qui touche une femme sur huit. Cette première intelligence artificielle pour le cancer du sein est le fruit d’une collaboration entre l’association Mon réseau cancer du sein et la start-up Wefight. Et d’un dialogue entre trente patientes qui ont pu tester tout l’été ce "Vik sein" et les concepteurs de ce petit robot pratique.

>> A lire aussi : Cancer du sein: Comment limiter le surdiagnostic?

Une information fiable et compréhensible

Concrètement, les patients peuvent, gratuitement et sans inscription, rechercher sur le messenger de Facebook ce chatbot baptisé Vik sein. Et trouver bien des réponses. A condition bien sûr de poser une question à la fois et assez courte…

« C’est un petit compagnon qui délivre une information à la carte et fiable, validée par des médecins, résume Laure Guéroult-Accolas, à l’initiative de cette innovation. La difficulté quand on a un cancer du sein, c’est de ne pas se noyer sous la quantité d’informations. » Pas toujours rassurantes malheureusement… « On lit tout et n’importe quoi sur internet », complète Sandra, une patiente qui côtoie Vik depuis deux mois. « Les informations de Vik sont moins anxiogènes et moins violentes que sur les forums », s’enthousiasme Yolande, elle aussi convaincue par le chatbot.

Fertilité, effets secondaires, nutrition, remboursement d’une perruque, tous les sujets sont abordés avec un énorme travail de vulgarisation pour que chacun puisse s’y retrouver. Et Vik peut aussi renvoyer vers la notice d’un médicament ou donner la définition d’un terme compliqué. « Il y a énormément de patients qui sortent de la consultation avec un oncologue en se disant "je n’ai rien compris" », confesse Laure. Comprendre de quel type de cancer du sein on souffre aide à accepter le parcours de soin imposé.

>> A lire aussi : Mon réseau cancer du sein: Un réseau social pour échanger sans tabou sur la maladie

Répondre à toutes les questions

Mais surtout, Vik est évidemment disponible partout et tout le temps. « En cas d’angoisse nocturne, c’est utile ! », avoue Sandra. Qui se félicite que cette relation virtuelle la mette à l’aise : « face à un médecin, on n’ose pas toujours aborder des sujets touchy », explique cette patiente.

« Pendant les réunions pour définir les réponses adéquates, on s’est rendu compte que les interrogations des patientes étaient à la fois très générales comme "est ce que je pourrais avoir un enfant ?" Et très concrètes : "comment se déroule une biopsie" ?, dévoile Laure Guéroult-Accolas.

>> A lire aussi : Octobre rose: La maternité post-cancer du sein, c’est aujourd’hui possible

Améliorer le suivi

Autre coup de pouce utile : Vik peut mettre un rappel pour les rendez-vous médicaux et pour la prise de médicament. D’autant que la prise en charge en ambulatoire et l’hormonothérapie se développent beaucoup. « Or, ce n’est pas évident de prendre des hormones pendant cinq ans à heures précises », reconnaît Laure. Cette intelligence artificielle propose aussi de répertorier tous les effets secondaires ressentis dans un carnet de suivi.

Et l’ami virtuel pense à tout, et même à une liste de questions importantes à poser au chirurgien. « Parfois on est tellement bombardés d’informations et sous le choc, qu’on oublie de poser toutes nos questions », avoue Véronique.

Pour les proches également

Si ce petit robot ne va pas faire preuve d’empathie, « il donne des informations précises et sans jugement », reprend cette patiente. Quand je discute avec une amie de mon cancer du sein, il y a toujours de l’affect, elle ne peut pas se mettre à ma place. Et quand c’est quelqu’un qui a vécu la même épreuve, il y a toujours une distorsion, car chaque cancer du sein est unique. » Justement, Vik, qui commence à demander si vous êtes patient ou proche, s’adresse également aux époux, amis et parents des patients. « C’est très utile pour les proches de se renseigner seuls et d’avoir quelques conseils pour soutenir le malade », souligne Benoît Brouard, co-fondateur de Wefight qui a développé Vik.