Etude: A 50 ans, un homme sur dix a un cœur trop vieux

RECHERCHE Les conséquences d’un cœur qui vieillit prématurément peuvent être dramatiques comme en témoignent les décès liés aux maladies cardiovasculaires…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un coeur humain
Illustration d'un coeur humain — Grebe Hank/SUPERSTOCK/SIPA

Un dixième des hommes âgés de 50 ans ont le cœur d’une personne qui en aurait 60. C’est ce qu’avance une étude publiée ce lundi par l’Agence de santé publique britannique (Public Health England).

Au total, 1,2 million de Britanniques ont été interrogés depuis 2015 dont 33.000 hommes âgés de 50 ans. « L’agence nationale s’est appuyée sur ce groupe pour ses recherches puisque cette tranche d’âge serait plus exposée aux accidents cardiaques » souligne Femme actuelle.

Des risques graves

Avoir un cœur dont le vieillissement s’accélère de façon prématurée peut avoir des conséquences dramatiques comme un risque plus élevé d’ attaque cardiaque, d’accident vasculaire cérébral, sans oublier le diabète ou les maladies chroniques du rein.

Sans surprise, les facteurs qui mettent le cœur en danger sont bien connus de tous : tabac, alcool, sédentarité, alimentation trop grasse, surpoids, cholestérol, hypertension artérielle et diabète. Près de 80 % des décès liés à une attaque cardiaque ou à un accident vasculaire cérébral pourraient toutefois être évités si les personnes concernées modifiaient sensiblement leur mode de vie.

>> A lire aussi : Cheveux gris: Un signe avant-coureur de maladie cardiaque chez l'homme?

Les hommes plus touchés

D’après l’étude, il existe aussi des inégalités entre les hommes et les femmes. 64 % des personnes qui ont un cœur trop vieux pour leur âge sont en effet des hommes.

En Angleterre, malgré des chiffres en baisse ces dernières années, les maladies cardiovasculaires représentent la principale cause de mort chez l’homme et la deuxième chez la femme. En France, les décès liés à un défaut de fonctionnement du cœur arrivent en deuxième position, derrière les cancers.

>> A lire aussi : Maladies cardiovasculaires : Les Français ne prennent pas assez soin de leur cœur