Levothyrox: Le numéro vert pour répondre aux inquiétudes des patients explose

MEDICAMENT Plus de 70.000 coups de téléphone ont été passés à l’Agence nationale de sécurité du médicament depuis mercredi...

B.D.

— 

Illustration du médicament LEVOTHYROX, prescrit à plus de 3 millions de patients ayant des problèmes de thyroïde.
Illustration du médicament LEVOTHYROX, prescrit à plus de 3 millions de patients ayant des problèmes de thyroïde. — SIPA

Plus de 70.000 coups de fil en deux jours. Le  numéro vert mis en place par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) pour répondre aux inquiétudes des patients traités au Levothyrox explose, indique Le Parisien.

«Nous mettons tout en œuvre pour répondre à la demande », assure l’ANSM au Parisien., précisant que « la grande majorité des appelants sont des personnes qui ont besoin d’être rassurées » mais qui « ne présentent absolument pas toutes des effets secondaires indésirables».

Les patients se plaignent d'effets secondaires «graves»

Le numéro vert (0800.97.16.53, accessible du lundi au vendredi, de 9 heures à 19 heures) a été mis en service mercredi, et dès «jeudi, ce sont 50.000 appels qui ont été reçus», précise le gendarme du médicament au Parisien. Vendredi, le nombre d’appels était en baisse, mais a tout de même atteint les 22.000 fois, amenant l’ANSM à renforcer ses équipes, passant d’une quinzaine de personnes mercredi à 90 vendredi.

>> A lire aussi : Levothyrox: «Ce n'est pas possible de vivre avec de tels effets secondaires»

La nouvelle formule du Levothyrox - prescrit à trois millions de malades de la thyroïde dans le pays - est disponible depuis début avril. Le changement de formule ne concerne pas le principe actif (la lévothyroxine, une hormone de substitution) mais porte sur des substances, appelées «excipients», qui lui sont associées, comme par exemple le lactose qui a été remplacé par le mannitol.

Ces modifications, visant à garantir une teneur en substance active plus constante d'après l'ANSM, sont vivement critiquées par les patients, qui se plaignent d'effets secondaires «graves» - crampes, maux de tête, troubles visuels … Ils ont même lancé une pétition, signée par plus de 83.000 malades mécontents, qui réclame le retour à l'ancienne formule.