Fausses couches: La vitamine B3 réduirait considérablement les risques

ETUDE Une cure de vitamine B3 permettrait de réduire de manière significative les risques de fausses couches et de malformations congénitales selon une étude australienne…

20 Minutes avec agence
— 
La vitamine B3 permettrait d'augmenter la production de la molécule NAD qui favorise le bon développement du foetus (illustration).
La vitamine B3 permettrait d'augmenter la production de la molécule NAD qui favorise le bon développement du foetus (illustration). — Jean Ayissi afp.com
  • La vitamine B3, présente dans la viande et les légumes, permettrait de réduire les risques de fausses couches.
  • Les scientifiques ont démontré un lien entre la molécule nicotinamide adenine dinucleotide (NAD) et le bon développement du fœtus.
  • Une cure de vitamine B3 permettait aux cellules d’augmenter la fabrication de NAD.

Présente dans la viande et les légumes, la vitamine B3 permettrait de réduire les risques de fausses couches, selon une étude menée par des chercheurs de l’Institut Victor Chang de Sydney (Australie) et  publiée dans le New England Journal of Medicine.

Les scientifiques ont en effet démontré pour la première fois un lien entre la molécule nicotinamide adenine dinucleotide (NAD) et le bon développement de l’embryon dans l’utérus. Autrement dit, une carence de cette molécule augmenterait les risques de fausses couches ou de malformation du fœtus si la grossesse arrive à son terme.

>> A lire aussi : Cerveau: Un cocktail de vitamines et minéraux pour retarder le vieillissement ?

La molécule NAD essentielle pour le développement du foetus

Des facteurs environnementaux et génétiques peuvent perturber la production de NAD qui est pourtant essentielle pour la production d’énergie, la réparation de l’ADN et la communication cellulaire.

Or, les chercheurs ont constaté qu’une cure de vitamine B3 permettait aux cellules d’augmenter la fabrication de cette molécule. En faisant ingérer des gélules de vitamine B3 à des souris présentant une déficience en NAD, ils ont établi que le développement des embryons était amélioré.

>> A lire aussi : Sept questions que vous vous posez (peut-être) sur l'alcool et la grossesse

« Une découverte médicale historique »

« Les ramifications sont susceptibles d’être énormes. Cette découverte a le potentiel de réduire considérablement le nombre de fausses couches et de malformations congénitales dans le monde, et je n’utilise pas ces mots à la légère », a déclaré la professeure Sally Dunwoodie, qui dirige l’institut australien.

Le ministre de la Santé australien, Greg Hunt, a parlé d’une « découverte médicale historique ». Il a salué « un nouvel espoir pour les femmes », dont un quart est confronté au cours de leur vie à une fausse couche.

>> A lire aussi : Des gènes défectueux corrigés dans des embryons humains pour la première fois

De nouvelles études à mener

Il est cependant encore trop tôt pour prescrire une cure de vitamine B3 aux femmes enceintes. De nouvelles études sont nécessaires pour vérifier si les vertus d’un tel traitement sont les mêmes chez l’homme et chez la souris.

Les scientifiques veulent aussi mieux comprendre comment la molécule NAD agit sur la grossesse pour déterminer le taux idéal dans l’organisme.