Polynésie française: Un enfant de 7 ans décède de la dengue

MOUSTIQUES Il s'agit du premier décès dû à la dengue cette année en Polynésie française...

20 Minutes avec agence

— 

Aedes aegypti est une espèce de moustique qui est le vecteur principal de la dengue, de la zika, de la chikungunya et de la fièvre jaune
Aedes aegypti est une espèce de moustique qui est le vecteur principal de la dengue, de la zika, de la chikungunya et de la fièvre jaune — Felipe Dana/AP/SIPA

Un jeune garçon de 7 ans est décédé en Polynésie française des suites de la dengue, le 21 juillet dernier. Il s'agit du premier décès dû à la dengue recensé cette année dans l'archipel, précise la Direction de la santé dans son dernier bulletin épidémiologique.

Originaire de Rimatara, l'enfant était en vacances à Moorea quand il a été atteint par le virus. Il a été rapidement transféré en état de choc au Centre Hospitalier du Taaone, à Papeete, où il n'a pas survécu à la maladie. Les analyses ont indiqué qu’il avait été contaminé par un virus de type 1.

Vingt-cinq cas recensés en quinze jours

Le Bureau de surveillance et de veille sanitaire (BSVS) en Polynésie française a annoncé que 25 cas avaient été déclarés au cours de la deuxième quinzaine de juillet dans les villes de Bora Bora, Moorea, Raiatea, Rimatara et Tahiti.

La moitié des victimes sont des enfants de moins de quinze ans. Deux cas ont nécessité une hospitalisation. Sur les 25 cas recensés, quinze ont mis en avant un virus de type 1.

>> A lire aussi : Virus zika: Vigilance redoublée en Occitanie avant le réveil des moustiques tigres

Un risque d'introduction de la dengue de type 2

A  qu'une inquiétude subsiste dans l’archipel quant à une possible épidémie de dengue de type 2. En Polynésie française, la dernière épidémie liée au sérotype 2 date de 1996.

« Une grande partie de la population n’est donc pas immunisée contre le virus », estime France Info, qui indique que la Polynésie française est actuellement « à risque particulier d'introduction de la dengue de type 2 ». Ce virus circule en effet dans plusieurs îles du Pacifique, dont la Nouvelle-Calédonie.