Grossesse: Manger trop de mauvaises graisses augmenterait le risque de cancer du sein sur plusieurs générations

ETUDE L'excès d'acides gras polyinsaturés de type oméga-6 pendant la grossesse favoriserait la survenue d'un cancer sur trois générations, selon une étude américaine...

20 Minutes avec agence

— 

L'étude rappelle que les femmes enceintes ont tendance à manger plus gras (illustration).
L'étude rappelle que les femmes enceintes ont tendance à manger plus gras (illustration). — CLOSON / ISOPIX / SIPA

Chez la femme enceinte, la consommation excessive d’acides gras poly-insaturé augmenterait du risque de cancer du sein chez le futur enfant, avance une étude américaine publiée ce lundi dans la revue scientifique Breast Cancer Research.

Les chercheurs américains ont étudié les effets d’un régime riche en huile de maïs sur un groupe de souris, explique Top Santé.

Selon l’étude, un risque accru de cancer pour la descendance

Ils ont comparé ces effets avec ceux observés sur d’autres rongeurs qui ont reçu une alimentation plus équilibrée, tout en ingérant le même nombre de calories : 40 % de l’énergie des souris du premier groupe provenait de l’huile de maïs, contre 18 % pour les souris du groupe témoin.

Les conclusions de l’étude sont surprenantes : les enfants et petits-enfants des souris du premier groupe présentaient un risque de cancer supérieur, une plus grande résistance aux traitements anti-cancer et une immunité moindre.

Les chercheurs ont aussi trouvé « trois fois plus de changements génétiques chez la troisième génération que la première génération au sein des tissus mammaires », précise La Dépêche.

>> A lire aussi : Le régime végétarien rend l'ADN plus vulnérable à l'inflammation

Des résultats qui font dire aux scientifiques qu’un régime trop riche en graisses poly-insaturées de type oméga-6 pendant la grossesse pourrait augmenter le risque de cancer du sein chez les générations futures.

Un meilleur équilibre entre les différents types de graisses

L’étude rappelle que les femmes enceintes ont tendance à manger plus gras, en particulier entre le premier et le second trimestre de grossesse.

>> A lire aussi : Cordons bleus, yaourts light, barres chocolatées: Pourquoi les aliments ultra-transformés sont-ils si mauvais pour la santé?

Un constat qui pousse les chercheurs à recommander aux femmes enceintes de trouver un meilleur équilibre entre les oméga-6, présents dans le fromage, la viande ou l’huile de tournesol, et les oméga-3.

Ces derniers, présents notamment dans certains poissons et légumes à feuilles vertes, les graines de chia, le lin, la noix, le colza ou encore le soja, devraient donc être « davantage consommés ». L’huile d’olive, quant à elle, est classée parmi les oméga-9. Rappelons qu’une alimentation équilibrée reste le meilleur moyen de préserver sa santé.