Cancer: Le travail de nuit augmenterait le risque de développer la maladie

GENETIQUE Travailler la nuit réduirait la capacité du corps à réparer les dégâts causés à l’ADN…

20 Minutes avec agence

— 

Travailler la nuit peut augmenter le risque de cancer selon une étude de chercheurs américains et chinois (illustration).
Travailler la nuit peut augmenter le risque de cancer selon une étude de chercheurs américains et chinois (illustration). — VASILY MAXIMOV / AFP

Le travail de nuit contribuerait à augmenter le risque de développement d’un cancer. C’est ce qu’affirment des chercheurs américains et chinois dans une étude publiée ce lundi dans la revue scientifique Occupational & Environmental Medicine.

Le travail de nuit nuirait à l’ADN

En cause, un déficit de mélatonine par rapport aux personnes qui dorment la nuit mais aussi un taux très inférieur de 8-OH-dG dans les urines. Or, ce marqueur biochimique est un signe de réparation efficace de l’ADN. L’organisme des travailleurs de nuit serait davantage touché par les mutations génétiques responsables de certains cancers.

Pour arriver à leurs conclusions, les spécialistes ont analysé l’urine de 50 personnes travaillant la nuit.

>> A lire aussi : Travail de nuit: «Physiquement, j’ai vieilli bien plus vite que mes amis»

Les sujets dont le corps ne peut se reposer pendant la nuit voient leur « capacité à réparer, et à éliminer l’oxydation causée à l’ADN (…) réduite », résume le Docteur Parveen Bhatti, un des auteurs de l’étude, membre du centre de recherche sur le cancer Fred Hutchington, à Seattle. « Au fil du temps, cette accumulation peut augmenter le risque de cancer dans plusieurs parties du corps », ajoute-t-il, interrogé par le Telegraph.

Des compléments alimentaires pour les travailleurs de nuit ?

Ce constat pousse les chercheurs à recommander aux travailleurs de nuit de consommer des compléments alimentaires riches en hormones du sommeil afin de lutter contre les effets néfastes de leur rythme de vie.

Les chercheurs précisent cependant que leur travail ne permet pas de conclure à un phénomène de cause à effet. De nouvelles études seront nécessaires pour vérifier ces premiers résultats.