Pill'Oops, l'application gratuite du Planning familial pour ne pas oublier sa pilule

CONTRACEPTION Cette application mobile permet notamment de programmer des rappels quotidiens...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'une pilule contraceptive aux Etats-Unis.
Illustration d'une pilule contraceptive aux Etats-Unis. — SIERAKOWSKI/ISOPIX/SIPA

Le Planning familial lance Pill'Oops, une nouvelle application mobile gratuite, disponible sur smartphone et qui vise à rendre la contraception plus simple au quotidien.

Pill'Oops permet notamment de programmer un rappel quotidien à l'heure de la prise du comprimé, de bénéficier d'un suivi de son cycle et de trouver des conseils sur la marche à suivre en cas d'oubli.

Faciliter la tâche aux jeunes

« L'objectif est de renforcer l'autonomie des femmes dans leur sexualité et leur santé sexuelle, et de simplifier ce geste du quotidien effectué par des milliers de femmes », explique Véronique Séhier, coprésidente du mouvement.

Il s'agit de créer « un outil simple et discret pour toutes les femmes » mais aussi « un système adapté aux plus jeunes ».

>> A lire aussi : #liberezmapilule, la pétition pour une pilule sans ordonnance

Un numéro vert en cas de besoin

« Un oubli peut arriver à tout le monde, c'est courant », a poursuivi Véronique Séhier, qui rappelle que « la conséquence peut être une grossesse ».

L'application renvoie également vers le numéro vert du Planning familial (0800.08.11.11) pour avoir « accès à toutes des informations utiles concernant la contraception, l'IVG, ou la sexualité », précise Véronique Sehier.

 

>> A lire aussi : La pilule a-t-elle un effet sur la libido?

La pilule, contraception préférée des Françaises

Le Planning familial rappelle que la pilule est la contraception préférée des Françaises. 41% des femmes âgées de 15 à 49 ans y ont recours en France, selon les derniers chiffres de l'Institut national d'études démographiques (Ined, 2013).

Un mode de contraception efficace, mais pas infaillible : selon le Planning familial, près d'un tiers des femmes qui ont recours à une IVG étaient sous contraception.