VIDEO. Un vaccin contre le diabète? Ce n'est pas encore une réalité

DESINTOX Attention aux fausses annonces...

Mathilde Cousin

— 

Plusieurs annonces de vaccin contre le cancer ont été faites, à tort.
Plusieurs annonces de vaccin contre le cancer ont été faites, à tort. — Sajjad Hussain AFP
  • Une fondation mexicaine prétend avoir trouvé un vaccin contre le cancer.
  • Les autorités mexicaines ont démenti l'existence d'un tel vaccin.
  • Aux Etats-Unis, des recherches controversées pourraient amener vers un vaccin.

Les fausses infos sur la santé se multiplient sur Internet. Une des dernières en date :  l’annonce d’un vaccin contre le diabète. La fausse nouvelle est née en novembre 2015 d’une fondation mexicaine, «  Vive votre diabète », présidée par Salvador Chacón Ramirez. Selon cette association, aujourd’hui dissoute, et Lucina Zárate Ortega, présidente de l’association mexicaine pour le diagnostic et le traitement des maladies auto-immunes, un vaccin peut améliorer l’état de santé des patients.

DESINTOX

Les autorités sanitaires mexicaines ont aussitôt démenti l’existence d’un tel vaccin. La commission fédérale pour la protection contre les risques sanitaires a déclaré n’avoir jamais autorisé aucun vaccin contre le diabète. Selon cette commission, la fondation « Vive votre diabète » n’a pas présenté de protocole clinique pour évaluer la qualité et la sécurité de la prétendue « auto thérapie intraveineuse. » La commission a fait fermer la fondation « pour prévenir les risques sanitaires ».

Cette fausse info sur un vaccin contre le diabète a traversé la frontière mexicaine. Des sites ont annoncé, à tort, que l’équipe de Denise Faustman, directrice d’un laboratoire d’immunobiologie à Boston, avait créé un vaccin contre le diabète de type 1. Si Denise Faustman travaille bien sur le diabète, ses recherches ne l’ont pas conduite à élaborer un vaccin contre cette maladie.

Des recherches avec le BCG

Denise Faustman et son équipe travaillent sur le vaccin BCG, déjà utilisé pour traiter la tuberculose. Ils ont injecté 3 vaccins et 3 placébos à des diabétiques. Selon Denise Faustman, deux injections de BCG données à quatre semaines d’écart ont eu pour effet d’éliminer temporairement des cellules qui provoquent le diabète.

Débat

L’Américaine a annoncé en 2015 avoir reçu l’accord de la FDA, l’autorité sanitaire américaine, pour poursuivre les tests. Toutefois, on ne trouve aucune trace de cet accord sur le site de la FDA. Selon le site du laboratoire américain, deux ans après cette annonce, les scientifiques sont encore à la recherche de volontaires.

Les recherches menées par l’Américaine font débat au sein de la communauté scientifique. « Il y a un peu de pensée magique ici », a déclaré à l’agence Reuters le docteur Domenico Accili, du centre médical de l’université de Columbia (Etats-Unis). L’idée selon laquelle le BCG efface les cellules auto-immunes « est complètement infondée ». Le directeur général de JRDF, une association américaine qui finance la recherche contre le diabète de type 1, ne rejette pas l’ensemble des recherches menées par Denise Faustman. Il prévient qu'« il est très important de faire attention à la façon dont nous interprétons les premiers résultats. » Pour l’heure, il n’existe pas encore de vaccin permettant de lutter contre le diabète, quel que soit son type.