Calvitie et cheveux gris: Une protéine jouerait un rôle clé pour limiter ces phénomènes de l'âge

ETUDE Connue jusque-là pour sa capacité à protéger les nerfs, la KROX20 pourrait aussi permettre de combattre les conséquences du vieillissement capillaire...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un homme chauve
Illustration d'un homme chauve — SIPA PRESS

L’identification chez la souris d’une protéine qui jouerait un rôle dans le renouvellement et la coloration des cheveux pourrait contribuer à limiter les changements capillaires indésirables dus à l’âge.

Découverte par accident, la molécule baptisée KROX20 laisse entrevoir, à terme, l’espoir de mettre au point d’un nouveau type de traitement destiné à lutter contre les effets du vieillissement sur les cheveux, et notamment la calvitie et les cheveux gris.

>> A lire aussi : Calvitie : Plus de 200 groupes de gènes responsables identifiés par les chercheurs

Des rongeurs devenus chauves sans la protéine

C’est au cours de travaux scientifiques sur la neurofibromatose, une pathologie génétique qui touche le système nerveux, que les chercheurs ont découvert les vertus inconnues de la KROX20. Seule la capacité de la protéine à créer la matière qui entoure les nerfs avait jusqu’alors été démontrée.

Dans leur étude, publiée le 2 mai dans la revue scientifique Genes & Development, les spécialistes expliquent avoir remarqué que le système pileux des souris de laboratoire privées de KROX20 n’arrivait plus à produire de nouveaux cheveux. Avec le temps, les rongeurs devenaient même chauves.

>> A lire aussi : Le gène qui donne des cheveux blancs a été identifié (il s'appelle IRF4)

Bientôt des tests sur les humains ?

Les chercheurs ont également mis en avant l’impact de la KROX20 sur la production par le corps d’une autre protéine, la SCF, qui aide la multiplication des cellules impliquées dans la pigmentation capillaire.

Les cheveux gris ou blancs seraient donc eux aussi une conséquence d’un déficit de KROX20, un phénomène se produisant naturellement avec l’âge. Grâce à ces découvertes, les scientifiques souhaitent désormais mener de nouveaux tests, sur des humains.