Anti-douleurs: Inefficaces en cas de manque de sommeil ?

ETUDE Mieux vaudrait miser sur d'autres substances comme la caféine...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration: Une femme en plein sommeil.
Illustration: Une femme en plein sommeil. — SUPERSTOCK/SIPA

Lorsqu’il est régulier, le manque de sommeil entraînerait une augmentation de la sensibilité à la douleur, qu’il ne serait alors pas la peine de traiter avec des antidouleurs classiques.

En effet, ces derniers verraient leur effet diminué, voire bloqué, par le déficit de sommeil des patients. Le recours à d’autres médicaments pas forcément connus pour leurs vertus analgésiques serait dans ce cas plus adapté.

Des tests menés sur des souris de laboratoire

C’est ce qu’ont montré des chercheurs de Boston (Etats-Unis) dans une étude publiée ce lundi dans la revue scientifique Nature Medicine. Les spécialistes ont étudié sur des souris de laboratoire d’éventuels liens entre la privation de sommeil et les stimuli douloureux, mais aussi le stress et la somnolence des rongeurs.

Bilan : « nous avons constaté que 5 jours consécutifs de privation de sommeil modérée peuvent exacerber considérablement la sensibilité à la douleur chez des souris en bonne santé », résume Chloe Alexandre, responsable de l’étude.

D’autres substances comme la caféine davantage efficaces

Quant au traitement recommandé pour lutter contre ces douleurs ressenties par des sujets en manque de sommeil, il est différent de celui habituellement prescrit, souvent à base de morphine ou d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens.

Les scientifiques ont ainsi découvert que la caféine et le modafinil, un psychostimulant utilisé pour favoriser l’éveil, se montraient les plus efficaces pour limiter la douleur des sujets. Des observations qui laissent entrevoir, à terme, la possibilité du développement de nouveaux types de traitements.