Hydrocarbures dans les emballages: L'Anses s'inquiète de la contamination des aliments

SOCIETE L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a formulé plusieurs recommandations...

20 Minutes avec agences

— 

Illustrations huiles minérales fournie par Foodwatch
Illustrations huiles minérales fournie par Foodwatch — Foodwatch

L’association Foodwatch avait tiré la sonnette d’alarme sur le sujet en 2015. Ce mardi, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a recommandé de « réduire la contamination des denrées alimentaires par les huiles minérales » présentes dans de nombreux emballages.

Ces mélanges complexes issus du pétrole sont principalement utilisés dans les encres et adhésifs des emballages alimentaires en papier et en carton. Avec à la clé, un risque de migration de ces substances dans des aliments tels que les pâtes, le riz et les lentilles.

Des substances cancérigènes

Deux catégories d’huiles sont mises en cause : les MOAH (mineral oil aromatic hydrocarbons) et les MOSH (mineral oil saturated hydrocarbons). Or, il a été prouvé qu’au moins certaines MOAH sont cancérogènes et mutagènes, c’est-à-dire qu’elles peuvent entraîner des altérations de l’ADN.

Forte de ce constat, l’Anses « estime nécessaire de réduire la contamination des denrées par ces composés en priorité ». Pour ce faire, elle conseille notamment aux fabricants de revoir leur « procédé de fabrication » pour utiliser des matières premières qui n’en contiennent pas.

>> A lire aussi : Quelles marques faut-il privilégier pour ne pas avaler d'hydrocarbures?

Appliquer des « revêtements agissant comme des barrières »

Mieux « déterminer la composition des mélanges d’huiles minérales », réaliser des « études de toxicité supplémentaires » sur ces mélanges et obtenir des « données supplémentaires sur la contamination » des aliments par ces substances font aussi partie des recommandations générales.

Pour limiter la migration des polluants vers les aliments, l’Anses préconise enfin d’appliquer sur les emballages des « revêtements agissant comme des barrières », soit en matière plastique soit à base d’amidon, une solution « en cours d’étude ».

>> A lire aussi : Leclerc va supprimer les emballages potentiellement cancérigènes

Foodwatch réclame des « mesures urgentes »

Actuellement, aucune réglementation n’existe sur les quantités acceptables d’huiles minérales dans les produits alimentaires. « L’avis de l’Anses confirme qu’il ne faut plus tergiverser. Les autorités publiques doivent protéger la santé des consommateurs par des mesures urgentes », a réagi Karine Jacquemart, directrice de Foodwatch France, dans un communiqué cité par l’AFP.

Dans une pétition adressée à la Commission européenne, qui a recueilli plus de 122.000 signatures, l’ONG demande notamment que les « barrières » sur les emballages soient rendues obligatoires.