VIDEO. Cancer: La pollution entraîne un sur-risque flagrant de développer la maladie

ECOLOGIE Le nombre de cas augmente de 10 % dans les zones polluées, avec un impact encore plus net sur les cancers de la prostate et du sein…

20 Minutes avec agence

— 

L'arc de Triomphe vu depuis la Tour Montparnasse, un jour de pollution aux particules fines à Paris, le 29 décembre 2016.
L'arc de Triomphe vu depuis la Tour Montparnasse, un jour de pollution aux particules fines à Paris, le 29 décembre 2016. — LIONEL BONAVENTURE / AFP

Les personnes qui ingèrent et inhalent des substances polluantes chaque jour ont 10 % de risques en plus de développer une tumeur cancéreuse. En cause, une exposition prolongée et cumulative aux matières nocives dans l’eau, l’air et les sols.

C’est ce qu’indique une étude réalisée par des chercheurs de l’université de l’Illinois (Etats-Unis) et publiée ce lundi dans la revue scientifique Cancer. Les spécialistes ont étudié les données relatives aux cancers entre 2006 et 2011 dans 2.700 comtés américains.

>> A lire aussi : Quels sont les effets des pics de pollution sur la santé?

Plus de cancers du sein et de la prostate

Le pays a recensé en moyenne 451 cas de cancer pour 100.000 habitants sur la période étudiée. Par contre, les zones les plus polluées comptaient en moyenne 39 malades de plus sur la même période (+10 %). Hommes et femmes sont touchés dans les mêmes proportions, avec plus de cancers du sein et de la prostate dans les zones polluées.

Sans avoir pu établir les mécanismes précis à l’origine de cette corrélation entre pollution et nombre de cancers, les chercheurs américains émettent l’hypothèse que les matières polluantes entraîneraient le dérèglement de plusieurs processus biologiques.

>> A lire aussi : Plus de 45.000 personnes meurent chaque année à cause de la pollution

Qualité environnementale et santé

Cette situation pourrait provoquer des mutations génétiques ou des inflammations de certains tissus. « Ce travail supporte le fait que tous ces facteurs affectent notre santé et soulignent l’importance d’améliorer la qualité environnementale pour (la) protéger », a conclu Jyotsna Jagai, principale responsable de l’étude.