Bière: Un meilleur antidouleur que le paracétamol ?

ETUDE La consommation de quatre boissons à base d'alcool, qui possède des vertus analgésiques, pourrait réduire d'un quart l'intensité de la douleur ressentie...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'une bière pression dans un bar, le 13 décembre 2013.
Illustration d'une bière pression dans un bar, le 13 décembre 2013. — SERGE POUZET/SIPA

La consommation de deux pintes de bière serait plus efficace pour calmer la douleur que le recours au paracétamol, une substance pourtant connue pour ses vertus analgésiques.

Elle entraînerait une hausse du seuil de tolérance à la souffrance et permettrait alors de moins ressentir la douleur. L’intensité de cette dernière pourrait ainsi être réduite d’un quart.

Plus de 400 personnes étudiées

C’est ce qu’affirment des chercheurs de l’université de Greenwich (Royaume-Uni) dans une étude parue en décembre dernier dans la revue scientifique The Journal of Pain.

Pour arriver à leurs conclusions, les spécialistes ont analysé les résultats de 18 travaux précédemment menés et étudiant sur 404 personnes les effets de l’alcool en matière de seuil de douleur et de ressenti de la souffrance physique.

Des « vertus analgésiques réelles »

Si le lien entre consommation d’alcool et réduction de la douleur a été établi par les chercheurs, ces derniers ont également émis une autre hypothèse basée sur leur découverte, note The Independent. « Nos résultats semblent montrer que l’alcool est doté de vertus analgésiques réelles et permet de faire diminuer l’intensité de la douleur ressentie de façon notable.

Ceci pourrait expliquer la consommation excessive d’alcool chez des sujets souffrant de douleurs chroniques, malgré la possibilité de conséquences connues et néfastes sur la santé à long terme », expliquent ainsi les auteurs de l’étude.

>> A lire aussi : Paracétamol: De dangereux effets secondaires pointés par une étude

La piste d’un futur traitement ?

L’alcool « peut être comparé aux opiacés comme la codéine, dont les effets sont plus forts que ceux du paracétamol », analyse le docteur Trevor Thompson, responsable de l’étude, cité par The Sun.

Si les scientifiques tiennent à préciser que l’alcool ne peut être considéré comme bon pour la santé, les spécialistes ne désespèrent pas de réussir à mettre au point un médicament tiré de leurs observations de l’action de l’alcool sur la douleur, mais dépourvu des effets secondaires dangereux pour l’organisme.