Baisse d'estime de soi, sexualité moins épanouie... L'épisiotomie laisserait des séquelles aux femmes

ETUDE Cette incision chirurgicale du périnée est de moins en moins pratiquée en France...

20 Minutes avec agence
— 
Une femme enceinte de sept mois. Illustration.
Une femme enceinte de sept mois. Illustration. — C. Delahaye / Sipa

Si l’épisiotomie est de moins en moins pratiquée en France -elle concernait 71 % des premières naissances en 1998 et 44 % 12 ans plus tard-, l’intervention chirurgicale n’en serait pas moins une source potentielle de mal-être chez les femmes qui l’ont subie.

Parmi les séquelles psychologiques que laisserait l’incision du périnée lors de l’accouchement figurent une diminution de l’estime de soi mais aussi une mauvaise image de son corps et de ses organes génitaux avec, à la clé, une sexualité moins épanouie.

>> A lire aussi : Maternité: L'épisiotomie, le cauchemar féminin dont on ne parle pas assez

Impact sur l’estime sexuelle 

C’est ce qu’avancent des chercheurs américains de l’Université du Michigan dans une étude publiée le 13 avril dernier dans l’International Journal of Women’s Health. Les spécialistes ont interrogé 69 femmes pour établir l’existence et la nature d’un éventuel lien entre les changements intervenus au niveau des organes sexuels suite à l’épisiotomie et l’estime sexuelle des sujets.

Que le périnée se déchire naturellement ou avec une épisiotomie au moment de l’accouchement, sa cicatrisation et le résultat esthétique qui en découle sont les mêmes, notent les scientifiques.

Points de suture et cicatrice

84 % des femmes interrogées indiquent d’ailleurs avoir constaté des modifications de leur zone anale et vaginale après la naissance de leur enfant. Ces changements ne sont pas systématiquement synonymes de mauvaise estime de son physique ou de sa sexualité. Mais les nouvelles mères chez qui c’est le cas ont subi une épisiotomie.

Pour les auteurs de l’étude, la cicatrice et les points de suture laissés par l’intervention pourraient en fait attirer l’attention des patientes sur ces zones de leur corps, rendant les femmes plus sensibles à leur aspect et à la douleur ressentie pendant la cicatrisation.