Hépatites B et C: 325 millions de personnes touchées dans le monde et plus d'un million de morts chaque année

ETUDE Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à l’origine de ces chiffres, trop de personnes ignorent être atteintes et le taux de traitement est très faible…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration de vaccination.
Illustration de vaccination. — SAURA PASCAL/SIPA

Les hépatites B et C continuent de faire des ravages. Dans le monde, 325 millions de personnes vivraient avec l’une de ces infections chroniques, qui tuent chaque année 1,34 million de personnes.

Et si ce nombre est « comparable aux décès dus à la tuberculose et au sida », la mortalité due à l’hépatite a augmenté de 22 % entre 2000 et 2014, « alors que celle due à la tuberculose ou au sida baisse », pointe le Dr Gottfried Hirnschall, directeur du programme contre l’hépatite à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a publié de nouvelles données ce vendredi.

Trop de personnes ignorent être malades

Des vaccins existent contre l’hépatite B, ainsi que des traitements à prendre à vie quand l’infection est déclarée. Concernant l’hépatite C, il n’y a actuellement pas de vaccins mais il est possible d’en guérir en deux ou trois mois grâce à un traitement, dont le prix a beaucoup baissé et qui tourne autour de 200 dollars par malade.

Problème : trop de personnes ignorent qu’elles sont atteintes de l’hépatite, une maladie silencieuse qui peut entraîner des affections graves comme la cirrhose ou le cancer du foie. Ainsi, seuls 9 % des malades de l’hépatite B et 20 % des malades de l’hépatite C savent qu’ils sont atteints.

Un taux de traitement très faible

Autre constat : le taux de traitement de la maladie est très faible, déplore le Dr Yvan Hutin, spécialiste de l’hépatite auprès de l’OMS. En effet, seuls 8 % des malades qui savent qu’ils souffrent de l’hépatite B reçoivent un traitement, et ce taux tombe même à 7 % pour les malades de l’hépatite C, selon le spécialiste.

Pourtant, « des tests rapides existent déjà, ils coûtent moins d’un dollar », a relevé le Dr Hirnschall, pour qui il s’agit essentiellement d’une question de sensibilisation des autorités de santé. L’OMS, qui réclame un plan global pour lutter contre ces maladies virales, a pour objectif de tester 90 % de la population et de traiter 80 % des malades d’ici 2030.

>> A lire aussi : Hépatite C: Le virus de l’infection observé au microscope pour la première fois

L’hépatite B, qui se transmet essentiellement de la mère à l’enfant, est surtout présente en Asie, en Australie et en Afrique. L’hépatite C, qui se contracte par le sang ou les fluides corporels, affecte davantage les pays orientaux, l’Europe, mais aussi l’Afrique et l’Asie.