Journée mondiale de la santé: « Dépression : parlons-en », une campagne pour sensibiliser aux réalités de la maladie

MALADIE 300 millions de personnes seraient atteintes dans le monde tandis qu’en France, plus 5% de la population serait touchée chaque année…

20 Minutes avec agence

— 

Une jeune femme déprimée.
Une jeune femme déprimée. — JACQUEMART/ISOPIX/SIPA

Dans le cadre de la Journée mondiale de la santé ce vendredi, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé sa campagne « Dépression : parlons-en ». L’opération, qui va s’étendre sur une année, a pour but de faire connaître à la population les réalités de cette maladie dont un nombre grandissant de patients sont atteints. En effet, l’OMS explique que 300 millions de personnes souffriraient de la pathologie dans le monde.

Et à terme, 20 % de la population fera une dépression au cours de sa vie, estime Olivier Dubois, docteur en psychiatrie, cité par LCI. En France, 2 à 3 millions de malades, soit entre 5 et 8 % de la population, seraient touchés chaque année, indique Le Monde.

Une pathologie en progression

Si la pathologie est donc loin d’être rare, elle n’est pas toujours identifiée par celles et ceux qui en souffrent ni prise en charge efficacement par les médecins. Voilà pourquoi la campagne de communication de l’OMS entend faire en sorte que les patients concernés sachent qu’une aide est possible et que celle-ci leur est accessible.

Car si la dépression est aujourd’hui la troisième cause de maladie dans le monde, elle pourrait prendre la première place de ce triste classement dès 2030 puisque c’est la pathologie qui progresse le plus rapidement à l’heure actuelle.

>> A lire aussi : La dépression, première maladie des adolescents

Les femmes en première ligne

Psychothérapie, médication voire hospitalisation ou électrothérapie, les solutions existent cependant pour soigner la dépression. Un trouble dont les femmes souffrent d’ailleurs plus fréquemment que les hommes.

Elles seraient en effet plus enclines à réagir en développant un sentiment de culpabilité ou de remise en question là où les hommes auraient davantage tendance à développer des troubles du comportement.

>> A lire aussi : La piste de causes génétiques engendrant la dépression se précise