Etiquetage nutritionnel: Un nouveau logo en couleur débarquera en avril

ALIMENTATION Le système Nutri-Score indiquera la qualité des produits en affichant une des cinq couleurs prévues, qui vont du vert à l'orange foncé...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration supermarché
Illustration supermarché — CLOSON DENIS/ISOPIX/SIPA

Un nouveau type simplifié de logo nutritionnel avec un code couleur indiquant la qualité des aliments et présent sur les emballages entrera en vigueur en avril prochain, a-t-on appris ce mercredi.

Baptisé Nutri-Score, cet étiquetage ne sera cependant pas obligatoire puisque la réglementation européenne interdit d’imposer une telle mesure. La vignette, dont la mise en place se fait dans le cadre de la loi Santé, a pour but de renseigner les consommateurs sur les produits particulièrement riches en sucre, en gras ou en sel afin de dissuader les Français d’acheter ces derniers en trop grande quantité.

5 couleurs, « du vert à l’orange foncé »

C’est la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qui a annoncé l’arrivée prochaine du système Nutri-Score dans Le Parisien, en précisant que l’information serait donnée aux acheteurs sous forme d’un logo d’une couleur qui « va du vert à l’orange foncé en fonction de la qualité du produit ».

Ce système d’évaluation nutritionnelle comportant cinq couleurs avait été imaginé en 2014 par le président du Plan national nutrition santé (PNNS), l’épidémiologiste Serge Hercberg, puis préconisé par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

« Je compte sur la pression des consommateurs »

Mais les industriels s’étaient élevés contre le projet, qu’ils estimaient stigmatisant pour leurs produits, et avaient empêché que l’adoption du système Nutri-Score ne soit validée par un décret. Marisol Touraine espère désormais que les géants de l’agroalimentaire adopteront le logo.

« Les résultats des études viennent de montrer que le plus pertinent des logos pour aider à manger sainement est le Nutri-Score. […] Je compte sur la pression des consommateurs, qui demandent à être informés, pour que les industriels s’engagent dans cette voie », a ainsi déclaré la ministre de la Santé.

>> A lire aussi : Logos nutritionnels: Les enjeux de la guerre des étiquettes