Lutte contre le tabac: «Interdire des marques de cigarettes ne sert à rien»

VOUS TÉMOIGNEZ. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, va interdire plusieurs marques de cigarettes dont le nom est considéré comme trop attractif. Nos internautes bondissent de colère…

Tristan Lescot

— 

Et «Vogue» la galère...
Et «Vogue» la galère... — Pixabay

Fine, Vogue, Allure, Café crème ou encore Malboro gold, tant de paquets de cigarettes et de cigarillos bientôt introuvables chez vos buralistes habituels. La raison ? Ces marques seraient « attractives » et donneraient l’impression que « fumer, c’est chic ». C’est du moins la position officielle du ministère de la Santé portant cette mesure comme un étendard dans la lutte antitabac.

Dans le même temps et malgré l’augmentation des taxes, le prix des cigarettes devrait rester stable, celui du tabac à rouler subir une hausse de 1,60 euro.

S’ajoutant au paquet neutre (obligatoire depuis le 1er janvier dernier), l’interdiction « des marques chics » ne va-t-elle pas pousser les consommateurs vers le marché parallèle ou vers les achats de masse dans les pays où le paquet de cigarettes est beaucoup moins cher (7 euros en moyenne en France) ? D’autant que Marisol Touraine s’est vanté, dans le même temps, d’une nette baisse des ventes au mois de décembre. Efficace, vraiment, ce nouvel arsenal antitabac ?  C'est l'avis de nombreux spécialistes, pas de nos internautes.

« Les ventes de tabac en Belgique, en Espagne et autres pays limitrophes ont dû exploser ! »

Sandie s’amuse des dernières décisions du gouvernement : « Les ventes de tabac en Belgique, en Espagne et autres pays limitrophes ont dû exploser ! » Stéphanie, fumeuse, ne prend pas la chose à la rigolade : « L’État ou comment aider la contrebande et le marché parallèle… »

Une colère partagée par Gérard :« Ce sont les trafiquants qui se frottent les mains pendant que l’État ne perçoit plus les taxes ! » Sébastien s’émeut : « Et après, le gouvernement ose dire qu’il soutient les emplois français. Nous sommes déjà nombreux à acheter du tabac au Luxembourg. » Il prévient : « Cette nouvelle loi, c’est une raison de plus de ne pas investir dans l’économie française. »

Une politique contre-productive ?

Cette volonté de sanctionner cette politique jugée contre-productive, David la pense au niveau européen : « La loi européenne sur la concurrence libre et non faussée va mettre une claque à cette décision… » et ironise sur la parole ministérielle : « Elle peut s’estimer heureuse que le TAFTA (qu’elle soutenait) ne soit plus d’actualité, sinon les marques concernées auraient pu coller un procès à la France…. » Paradoxe cruel.

Quant à Gregory, il rappelle qu’un marché noir juteux s’est installé dans certains quartiers de Paris et de sa banlieue : « Gare de Saint-Denis sur le parvis : "Marlboro, Marlboro !" Pas besoin d’aller loin pour trouver le trafic. » Cigarettes souvent importées de Chine et de mauvaise qualité mais dont le prix n’excède jamais 5 euros le paquet.

Harmonie fume et continuera de fumer, cette répression antitabac l’agace. Elle a le sentiment d’être infantilisée et que l’État en fait largement moins contre les problèmes liés à l’alcool. Elle se fournit en Andorre, « moins cher que l’Espagne et la Belgique ». Maxence également en a marre et avertit : « Bientôt, il n’y aura plus 1 euro qui proviendra du tabac dans les caisses de l'État. » Selon lui, la Belgique (prix moyen du paquet, 5 euros) sera la première à en profiter.

« Interdire des marques de cigarettes ne sert à rien »

Patricia achète son tabac à rouler en Allemagne : « Pour 150 grammes, je paye 19,95 euros. » Son constat est implacable sans offrir de solution tangible à la lutte contre le tabagisme : « Interdire des marques de cigarettes ne sert à rien. Augmenter les prix non plus, cela ouvre les portes aux marchés clandestins. Et chaque paquet acheté à l’étranger, c’est de l’argent qui ne sera pas dépensé en France. »

Finalement, Rémi a peut-être raison même si son propos n'est pas dénué d'une pointe de sarcasme: « Autant interdire de fumer en France, ça serait beaucoup mieux. » On en reparle dans quelques années ?