Plusieurs marques de cigarettes devront changer de nom pour pouvoir être vendues

TABAC Elle n’a pas précisé combien de marques seraient concernées...

20 Minutes avec AFP

— 

Rangées de paquets de cigarettes chez un buraliste parisien, le 4 mars 2015
Rangées de paquets de cigarettes chez un buraliste parisien, le 4 mars 2015 — Thomas Samson AFP

Vogue, Fine, Café crème ou encore Paradiso vont bientôt disparaître de chez les buralistes. La ministre de la Santé Marisol Touraine  a annoncé ce mardi que plusieurs marques de cigarettes allaient être interdites. Elle a également précisé que le prix du tabac à rouler allait augmenter mais que celui des cigarettes devrait rester stable.

Les marques « attractives » interdites

La ministre a annoncé sur RTL que l’arrêté d’homologation fixant prix et autorisations de vente du tabac serait « publié demain (mercredi) ».

« Il y a des marques qui ne seront plus autorisées, des marques qui sont attractives, qui donnent le sentiment que fumer ces cigarettes c’est chic, ce qui n’est évidemment pas l’esprit du paquet neutre », a-t-elle dit.

>> A lire aussi : Mais qu'est-ce qui fait reculer les ventes de cigarettes en France?

Son visées les marques de cigarettes fines Vogue, Fine, Allure et Corset, a indiqué quelques heures plus tard le ministère de la Santé, l’industriel devant désormais choisir une autre appellation s’il veut continuer à vendre son produit.

Sont également interdites, selon le ministère, les marques de cigares et cigarillos Café crème, Paradiso et Punch.

L’arrêté doit paraître au Journal officiel mercredi. Les fabricants de cigares auront encore le droit de vendre leurs produits sous ce nom pendant deux ans. Le délai est de un an pour les autres produits.

Par ailleurs, ne pourront plus être utilisées les mentions évoquant la finesse, la sveltesse (« slims »), faisant référence à des arômes de fruits, menthe ou autre, les mentions faisant référence à des propriétés vitalisantes, énergisantes, ainsi qu’à des propriétés naturelles, biologiques, biodégradables, ajoute le ministère.

Le prix du tabac à rouler en hausse

Quant aux tarifs « le prix du tabac à rouler va augmenter. C’est variable, autour d’1,50 euro », comme le prévoyait le plan de financement de la Sécurité sociale, a-t-elle indiqué. « Pour les cigarettes, des hausses de taxe avaient été votées, mais les entreprises ne les ont pas répercutées, donc les prix vont rester à peu près stables », a-t-elle regretté.

>> A lire aussi : Un homme tente de faire retirer l’image d’un paquet de cigarettes, croyant reconnaître son père

« En revanche les hausses viendront plus tard puisque les industriels ont contourné les règles qui devaient aboutir à une augmentation du prix. Moi je ne lâcherai pas, car augmenter le prix du tabac c’est important en termes de santé publique », a-t-elle encore dit.