Les fontaines à sodas, c'est terminé!

CONSOMMATION Tous à l’eau…

20 Minutes avec AFP

— 

Les boissons sucrées ne seront plus servies à volonté
Les boissons sucrées ne seront plus servies à volonté — JOEL SAGET / AFP

Adieu boissons sucrées à volonté. Dans les lieux de restauration publique ou les établissements scolaires, vous pouvez toujours essayer, il sera dès vendredi impossible d’en trouver, au terme d’un arrêté publié ce jeudi au Journal Officiel.

>> A lire aussi : Moins de viande, de sel et de sucre, mais plus de légumineuses, recommande l'Anses

Ce dernier, signé conjointement par les ministres de la santé, de l’agriculture et de la consommation fixe la liste des catégories de boissons touchées par cette interdiction : elle comprend « les boissons gazeuses et non gazeuses aromatisées, des concentrés comme les sirops de fruits, les boissons à base d’eau, de lait, de céréales, de légumes ou de fruits y compris les boissons pour sportifs ou les boissons énergisantes, les nectars de fruits, les nectars de légumes et produits similaires, dès lors que ces boissons contiennent des sucres ajoutés ou des édulcorants de synthèse ».

Lutter contre les risques d’obésité et de diabète

L’arrêté a été pris en accord avec la loi santé de janvier 2016 afin de limiter les risques d’obésité, de surpoids et de diabète, notamment chez les jeunes, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

>> A lire aussi : La moitié des Français de plus de 30 ans sont en surpoids

Il prévoit que « la mise à disposition, en accès libre, sous forme d’offre à volonté gratuite ou pour un prix forfaitaire, de boissons avec ajout de sucres ou d’édulcorants de synthèse est interdite dans tous les lieux de restauration ouverts au public, les établissements scolaires et les établissements destinés à l’accueil, à la formation et l’hébergement des mineurs ».

>> A lire aussi : L'Anses livre sept conseils alimentaires pour éviter les maladies chroniques

Les lieux visés incluent tous les lieux de restauration ouverts au public, y compris la restauration collective et sociale, l’hôtellerie et les clubs de vacances. L’interdiction entre en vigueur au lendemain de la publication de l’arrêté.