Maladies cardiovasculaires : Les Français ne prennent pas assez soin de leur cœur

ETUDE Il existe une grande différence entre les mesures que les Français pensent prendre pour limiter le risque de pathologie cardiovasculaire et la réalité de leurs comportements…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un coeur qui bat
Illustration d'un coeur qui bat — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Si beaucoup de Français pensent faire ce qui est nécessaire pour prendre soin de leur système cardiovasculaire, des efforts supplémentaires seraient en fait les bienvenus. Ainsi, ils sont par exemple 61 % à estimer pratiquer une activité physique de manière régulière. Or, seulement 31 % de la population serait réellement en mouvement pendant 30 minutes consécutives plusieurs fois par semaine. Et 37 % des Français limiteraient cet exercice à une fois par semaine, voire moins.

Le nombre de décès sous-estimé

C’est ce qui ressort de l’Observatoire du cœur, dont les premières conclusions ont été rendues publiques ce lundi par la Fédération française de cardiologie. En novembre dernier, l’organisme a interrogé 2.001 personnes adultes sur leurs comportements au quotidien et leur connaissance en matière de maladies cardiovasculaires.

Les spécialistes ont noté une sous-estimation de la gravité des conséquences de ces pathologies, puisque 77 % des sondés pensent que ces dernières tuent moins de 200 personnes par jour alors qu’elles causent deux fois plus de décès.

>> A lire aussi : Infarctus: Sport intensif et colère, le cocktail qui fait très mal au cœur

Du côté de l’alimentation, peut mieux faire

Du côté de l’alimentation aussi, les Français peuvent mieux faire. L’étude montre en effet que 64 % des personnes interrogées rajoutent du sel à leur nourriture, dont 24 % de façon systématique ou fréquente.

Quant au choix des aliments, 77 % des sondés croient manger équilibré alors que seuls 40 % consomment des fruits quotidiennement et 38 % des légumes. En outre, seul un tiers des sondés atteint les cinq portions recommandées chaque jour.

Gare au tabac et à la sédentarité

Pour celles et ceux qui sont donc nombreux à être mal informés ou qui manquent de lucidité sur leurs propres efforts, la Fédération française de cardiologie renouvelle donc dans son rapport quelques conseils et informations élémentaires.

Le tabagisme est responsable d’un quart des décès causés par des problèmes de cœur, il est important de ne pas rester assis trop longtemps et la pratique du sport doit être régulière plutôt que rare mais intense.

>> A lire aussi : La sédentarité serait deux fois plus meurtrière que l'obésité