Cancer: Depuis 1991, la mortalité a chuté de 25% aux États-Unis

MALADIE Cette baisse équivaut à une réduction de 2,1 millions de décès…

20 Minutes avec agences
— 
Cancer illustration
Cancer illustration — DOMINIQUE FAGET / AFP

La mortalité liée au cancer aux États-Unis a chuté de 25 % entre 1991 et 2014. Cette baisse équivaut à une réduction de 2,1 millions de décès, d’après le rapport annuel de l’American Cancer Society. Il contient des chiffres très encourageants pour les quatre principaux cancers : poumons, sein, prostate et colon.

Les décès des suites d’un cancer du poumon plongent de 43 % entre 1990 et 2014 chez les hommes, et de 17 % de 2002 à 2014 chez les femmes. Pour elles, la mortalité du cancer du sein diminue de 38 % entre 1989 et 2014. Le cancer de la prostate enregistre la baisse la plus spectaculaire chez les hommes, 51 % de 1993 à 2014. La mortalité du cancer colorectal plonge aussi de 51 % entre 1976 et 2014 chez les deux sexes.



Les hommes davantage touchés

La fréquence du cancer ces dix dernières années reste stable parmi les femmes. Elle a diminué de près de 2 % par an chez les hommes. Le taux de mortalité de cette pathologie a baissé d’environ 1,5 % annuellement chez les deux sexes. Les inégalités persistent néanmoins. Cette pathologie est 20 % plus fréquente chez les hommes, avec un taux de mortalité 40 % supérieur.

Le très agressif cancer du foie reste trois fois plus fréquent chez les hommes. En cause, l’alcool et le tabagisme, mais aussi un plus grand taux d’infection par le virus de l’hépatite C, souvent lié à des relations sexuelles non protégées. Les plus fortes disparités entre les sexes concernent les cancers de l’œsophage, du larynx et de la vessie. Ils sont quatre fois plus fréquents et plus mortels chez les hommes.

Les disparités se réduisent

En outre, les disparités entre Noirs et Blancs en termes de mortalité liée au cancer continuent à se réduire. Le risque accru de mourir de cette maladie chez les Noirs par rapport aux Blancs a été divisé par plus de deux depuis 25 ans, passant de 47 % en 1990 à 21 % en 2014. Chez les femmes, ce risque est passé de 20 % en 1998 à 13 % en 2014.

Le taux de décès par cancer restait toutefois 15 % plus élevé en 2014 chez les Noirs que chez les Blancs. Un accès accru à la prévention et aux soins a largement contribué à cette amélioration. Comme facteur d’amélioration, les rapporteurs citent la mesure prise par Barack Obama en 2010 pour étendre la couverture médicale à des millions d’Américains.