Mort d'un bébé: «Il faut faire attention avec l'Uvestérol, ça peut créer des fausses routes»

VOUS TEMOIGNEZ Nous avons demandé aux internautes de 20 Minutes s’ils allaient continuer à donner l’Uvesterol D à leurs nourrissons…

J.S

— 

Une photo du médicament Uvesterol D
Une photo du médicament Uvesterol D — Baleydier/SIPA

Un événement rarissime mais terrible. Un nourrisson de dix jours a fait un arrêt « cardio-respiratoire » mortel  après qu’on lui a administré de la vitamine D sous la forme d’Uvesterol. Si l’agence du médicament assure depuis la mise « sur le marché de l’Uvesterol D, aucun décès n’a été imputé à ce produit », son mode d’administration avec une pipette pose question. Plusieurs internautes de 20 Minutes ont tenu à témoigner des frayeurs qu’ils ont connues en donnant cette vitamine à leur bébé.

Des parents effrayés

Après l’appel à témoignages lancé sur notrepage Facebook, plusieurs parents se sont manifestés pour raconter leur grosse mésaventure avec l’Uvestérol. Comme Aur qui raconte la peur atroce qu’elle a eu après avoir donné la vitamine à son bébé. Un « voisin pompier est venu » à son secours. « Cela fait huit ans maintenant (…) mais je vois toujours mon fils devenir bleu ».

 

>> A lire aussi : Uvesterol: Faut-il continuer à donner cette vitamine D aux bébés?

Le médicament en question ?

Rien ne permet à l’heure actuelle d’impliquer directement l’Uvesterol dans le décès du bébé de 10 jours mais l’Agence du médicament enquête « des investigations sont en cours pour déterminer les causes exactes du décès et savoir s’il est susceptible d’être imputé au produit » et assure dans le même temps que « après le constat d’effets indésirables, l’Uvestérol D fait l’objet depuis 2006 d’une surveillance renforcée ».

Les témoignages recueillis par 20 Minutes mettent en avant un problème lors de l’administration du médicament. Christelle assure « Cela fait 27 ans que je travaille en service de pédiatrie et néonatologie, ce n’est pas le médicament en lui-même qui est dangereux c’est le risque de fausses routes, surtout pour les prématurés ».

L’administrer autrement ?

Ariane se souvient des conseils donnés à la maternité, il faut « donner les gouttes en relevant la tête de bébé ». Magali note « C’est huileux et ça peut créer des fausses routes, si c’est mal administré ».

Et notre internaute de délivrer ses conseils « Il faut que les enfants tètent le médicament et surtout ne pas "l’injecter" directement. On verra si la vitamine D est réellement en cause… Il faut déjà l’administrer correctement et avec prudence ».

Les parents désormais trop effrayés par ce produit disposent de solutions alternatives, misent en avant par nos lecteurs. Marie rappelle judicieusement que « l’apport en vitamines D est super-important pour le bon développement des os » et que les pédiatres peuvent prescrire « un autre produit contenant de la vitamine ». Comme pour Sophie qui « inquiétée par les polémiques » a demandé à son médecin un produit équivalent appelé Zyma et qui lui, s’administre goutte à goutte, plus délicatement.