Affections de longue durée: L’activité physique sur ordonnance à partir du 1er mars

SOCIETE Objectif : réduire les risques liés aux ALD et certains de leurs symptômes qui limitent la mobilité des patients…

20 Minutes avec agence
— 
Illustration du cabinet d'un médecin généraliste.
Illustration du cabinet d'un médecin généraliste. — Valinco / Sipa

A partir du 1er mars 2017, les médecins auront la possibilité de prescrire des activités physiques spécifiques à leurs patients atteints d’affections de longue durée (ALD), comme les cancers. Le décret en ce sens a été publié ce samedi au Journal officiel.

Comme le prévoyait la loi Santé adoptée il y a un an, ce « sport sur ordonnance » sera cependant encadré par des règles strictes concernant le contexte de la prescription mais aussi la pratique des exercices physiques concernés.

Une activité « personnalisée et progressive »

Ces exercices devront ainsi être choisis par le médecin traitant en fonction de « la pathologie, (les) capacités physiques et (le) risque médical du patient », précise le décret. Toute prescription ne pourra par ailleurs se faire qu’« en accord avec le patient » et l’activité décrite sur l’ordonnance sera « personnalisée et progressive en termes de forme, d’intensité et de durée de l’exercice ».

Concrètement, seuls certains professionnels de santé pourront encadrer cette pratique physique. Parmi eux, les masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes et psychomotriciens.

>> A lire aussi : Strasbourg: Pourquoi le dispositif «sport santé sur ordonnance» va être élargi aux personnes vivant avec le VIH

Si le patient l’accepte, ces spécialistes pourront échanger conseils et comptes-rendus avec le médecin traitant à l’origine de la prescription. Et ce afin de « réduire les facteurs de risque et les limitations fonctionnelles liés à l’affection de longue durée », ce qui constitue l’objectif de cette nouvelle mesure.