Paracétamol, ibuprofène... Les analgésiques augmenteraient le risque de troubles auditifs

ETUDE Le paracétamol et l’ibuprofène seraient responsables de 16,2% des problèmes d’audition observés chez les femmes…

20 Minutes avec agence

— 

illustration: des médicaments.
illustration: des médicaments. — LODI FRANCK/SIPA

Consommés régulièrement pendant plusieurs années, l’ibuprofène et le paracétamol augmenteraient les risques de voir se développer des problèmes auditifs, comme la surdité ou les acouphènes. A plus haute dose, l’aspirine pourrait aussi avoir des effets néfastes similaires.

C’est ce que montre une étude publiée mercredi dernier dans l’American Journal of Epidemiology et pour laquelle les chercheurs de l’école de médecine de Harvard (Etats-Unis) ont étudié les données médicales de plus de 54.000 femmes âgées de 48 à 73 ans.

Responsables de 16 % des troubles auditifs chez les femmes ?

Le travail des scientifiques a permis de mettre en avant l’existence d’une perte d’audition d’une intensité de 10 % chez les sujets ayant régulièrement utilisé du paracétamol pendant six ans et plus.

Et pour l’ibuprofène, le déclin auditif serait de 9 %. Ainsi, pour les spécialistes, les deux analgésiques pourraient être responsables de plus de 16 % des troubles auditifs observés chez les femmes.

>> A lire aussi : Ibuprofène, paracétamol.. Comment avaler ces anti-douleur sans danger?

Moins d’inquiétudes concernant l’aspirine

Chez les hommes, une étude affirmait en 2010 que les sujets âgés de 50 à 59 ans consommant régulièrement du paracétamol présentaient un risque de dégradation de l’audition de 58 % supérieur à celui observé chez les autres volontaires.

Quant à l’aspirine, son rôle dans le développement de la surdité ne serait pas aussi inquiétant. En effet, si des acouphènes ou des sifflements peuvent être ressentis par les patients, le phénomène ne se produit qu’à des doses désormais rarement prescrites.