Implant de contraception définitive Essure: «Tout s’est bien passé», «Je regrette vraiment», nos internautes racontent

VOUS TEMOIGNEZ Les internautes de « 20 Minutes » qui se sont fait poser cet implant de contraception définitive racontent leur expérience…

Anissa Boumediene

— 

Parmi les méthodes de contraception définitive, ou stérilisation, ce micro implant posé dans les trompes bloque le passage des spermatozoïdes.
Parmi les méthodes de contraception définitive, ou stérilisation, ce micro implant posé dans les trompes bloque le passage des spermatozoïdes. — Uncredited/AP/SIPA

Une plainte collective déposée, des dizaines de cas à l’étude et des signalements d’effets secondaires par centaines depuis quelques années. Ce vendredi, Essure, dispositif de contraception définitive, est au cœur de toutes les préoccupations, et pourrait peut-être prendre la voie du prochain scandale sanitaire français. En forme de petit ressort, il est implanté sur chaque trompe pour empêcher définitivement toute grossesse. Une libération pour certaines, un calvaire pour d’autres, qui peuvent ressentir douleurs et fatigue intenses. Les internautes de 20 Minutes témoignent de leur propre expérience.

« Tout s’est bien passé »

Parmi les 120.000 femmes qui ont eu recours à Essure, une grande majorité en sont très satisfaites et n’ont aucun effet secondaire à déplorer. « Je l’ai fait il y a maintenant 3 ans, tout s’est bien passé : pas de complications, pas d’effets secondaires, pas de prise de poids, confie Estelle Nagel. Mais c’estune contraception définitive il n’y a pas de marche arrière possible ! » Même satisfaction pour Val Printemps : « J’ai les implants Essure depuis quelques années et je n’ai aucun effet secondaire, ni douleur, ni état dépressif. De la fatigue, oui, mais je ne pense pas que ce soit dû à Essure. Et quelle tranquillité ! »

« Ça fait 4 ans que j’ai ces petits ressorts en moi et je tiens une super forme », se réjouit Stephnanie. Anne Laure, qui s’est fait poser cet implant en mars dernier, « ne regrette rien, pas d’effets secondaires pour le moment ». Idem pour Carole. « J’ai ces implants depuis 2 ans et je suis super contente. Si j’avais su je l’aurais fait depuis longtemps. » Après quatre grossesses sous contraceptifs, Mélanie partage la même satisfaction, mais elle a dû batailler pour accéder à cette méthode : « J’y ai eu recours cette année, mais ç’a été difficile de trouver un gynécologue compréhensif qui veuille bien me les poser à 30 ans. Maintenant je revis : plus d’angoisse, pas d’hormones, bref la liberté. »

« J’ai un doute »

Mais après la polémique associée à cet implant ce vendredi, celles qui découvrent aujourd’hui que le dispositif qu’elles portent pourrait peut-être comporter des risques pour leur santé s’inquiètent. Parmi nos internautes, plusieurs d’entre elles s’interrogent. « J’ai fait poser ces implants Essure et c’est vrai que j’ai souvent des migraines, de grosses fatigues et des déprimes passagères, constate Severine, qui avait déjà passé des examens médicaux pour ces symptômes. Je vais en parler à mon médecin traitant, car maintenant avec cette polémique sur Essure, je vais peut-être pouvoir passer des examens autres que ceux que j’ai déjà fait. » Des inquiétudes partagées par Valérie : « J’ai ces implants et j’éprouve douleurs, fatigue et état dépressif, témoigne-t-elle. On m’a dit que j’avais une fibromyalgie mais maintenant j’ai un doute. »

Après des complications consécutives à la pose de son stérilet entre 2 grossesses, Célia a ensuite songé à opter pour ce contraceptif définitif. « Comme je ne voulais plus d’enfants, on m’a proposé les implants Essure. Depuis 2012, mes règles sont hémorragiques, j’ai des douleurs musculaires et articulaires, une grosse fatigue, etc., raconte-t-elle. Jusqu’à aujourd’hui, je ne savais pas d’où cela pouvait venir. » Tout comme Myriam, qui n’imaginait pas non plus que ces implants tubaires puissent être la cause de ses problèmes de santé. « Moi, j’ai opté pour cette méthode contraceptive et aujourd’hui je suis vraiment prise de grosses fatigues, de vertiges, de malaises, de maux de dos, de règles hémorragiques et j’en passe, énumère-t-elle. Je suis lasse de tout et je ne pensais pas que cela pouvait venir de cet implant, jusqu’à ce que je lise l’article de 20 Minutes sur ce sujet. »

« Je regrette vraiment »

Parmi les causes possibles de complications, l’allergie au nickel, composant de ce dispositif, pourrait être une explication. « J’ai eu ce procédé en 2013 avec tous les inconvénients possibles, explique-t-elle. Le gynécologue qui me les a posés n’a fait aucun test d’allergie. Je ne les ai pas supportés donc au bout d’un an, il a décidé de les retirer. Mais après, j’ai dû subir une hystérectomie et de belles complications ». Allergique elle aussi au nickel, Stéphanie a vécu l’enfer. « On m’a posé l’implant Essure, ma gynécologue n’a pas voulu me faire de tests d’allergie malgré mes intolérances aux bijoux fantaisie, déplore-t-elle aujourd’hui. J’ai développé un eczéma sur tout le corps, comme des brûlures. J’ai ensuite passé des tests qui ont révélé une très forte allergie au nickel. Je suis donc repassée au bloc pour une ablation des trompes et je suis restée sept mois avec mes brûlures. »

Alors que les signalements d’effets secondaires se sont multipliés ces dernières années, certaines internautes ont vite fait le rapprochement entre leurs symptômes et leur dispositif contraceptif. « J’ai eu des complications, se souvient Anne. Migration des ressorts, douleurs : au bout de deux mois, on m’a retiré les implants. Pour moi, ç’a été un échec ». Olivia, elle, a choisi cet implant en juillet 2010. « On me l’a posé sous hypnose, dit-elle. Ensuite, j’ai eu des problèmes de règles et des douleurs continues même lors des rapports. » Après une batterie d’examens, Olivia s’est fait retirer son contraceptif. « Je faisais un rejet, donc on m’a enlevé les trompes, et ça a fini par une hystérectomie. Je regrette vraiment ! »