Alcool, drogue, médicaments… Les conduites addictives de plus en plus fréquentes au travail

SOCIETE Tous les métiers sont touchés, en particulier « les professions de santé, l’hôtellerie-restauration, le marketing, la création, la pêche »…

20 Minutes avec agences

— 

Un joint de cannabis
Un joint de cannabis — Photofusion/REX/REX/SIPA

Dans le privé comme dans le secteur public, les conduites additives comme la consommation d’alcool ou de drogues seraient de plus en plus répandues au travail. Tel est le constat dressé par des spécialistes de la question, réunis ce mardi à Paris à l’occasion de la  2e journée nationale de prévention des conduites addictives en milieu professionnel.

Le travail et l’environnement de travail peuvent « être un facteur déclencheur d’une conduite addictive, ou bien favoriser ou augmenter une pratique personnelle », a souligné la présidente de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Midelca), Danièle Jourdain Menninger, selon qui plus de 20 millions de personnes seraient concernées.

« Répondre au stress au travail »

En effet, qu’il s’agisse d’alcool, qui reste le « problème majeur » selon les spécialistes, de cannabis, cocaïne, héroïne, amphétamines ou médicaments tels qu’antidépresseurs et analgésiques, leur consommation vise à « répondre au stress au travail », à « améliorer ses performances » ou à « s’adapter aux contraintes du travail ».

« Les managers, au cœur de la situation, sont eux-mêmes consommateurs », souligne en outre Gladys Lutz, ergonome-chercheur présidente de l’Additra, qui parle également d’une « explosion des antalgiques forts pour lutter contre les TMS » (troubles musculo-squelettiques).

Santé, hôtellerie-restauration et marketing en première ligne

Tous les métiers sont touchés, en particulier « les professions de santé, l’hôtellerie-restauration, le marketing, la création, la pêche », pointe de son côté Michel Reynaud, psychiatre addictologue et président du Fonds Actions Addictions, sans toutefois citer de chiffres.

Pour rappel, l’an dernier, dans une étude de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), 91 % des dirigeants, encadrants et personnels RH et 95 % des représentants du personnel avaient déclaré que les salariés de leurs structures consomment « au moins un produit psychoactif ».