Infarctus: Les jeunes fumeurs sont 8 fois plus exposés aux crises cardiaques

ETUDE Fumer est peut-être le plus puissant de tous les facteurs de risque, « dont l’effet s’exerce beaucoup plus tôt que tout autre », notent des chercheurs britanniques...

20 Minutes avec agences

— 

Une cigarette
Une cigarette — AFP

L’occasion d’une prise de conscience ? Les jeunes fumeurs sont beaucoup plus exposés que les non-fumeurs du même âge au risque de crise cardiaque. Le constat, qui vient confirmer une idée populaire, émane d’une étude publiée ce mercredi  dans le journal spécialisé Heart par une équipe de chercheurs dirigée par Ever Grech du South Yorkshire Cardiothoracic Center de l’hôpital général du Nord à Sheffield (Royaume-Uni).

>> A lire aussi : Des acteurs de la santé encouragent les fumeurs à vapoter

L’écart de risque diminue avec l’âge

Selon ces experts, les jeunes fumeurs ont même huit fois plus de risque d’avoir une crise cardiaque que les non-fumeurs. Un écart de risque qui diminue avec l’âge : il est ainsi cinq fois plus élevé pour les fumeurs entre 50 et 65 ans, et seulement trois fois plus élevé chez les plus de 65 ans. Fumer est peut-être le plus puissant de tous les facteurs de risque, « dont l’effet s’exerce beaucoup plus tôt que tout autre », notent ainsi les experts.

>> A lire aussi : 70% des jeunes non-fumeurs se disent exposés dans les lycées et universités

Les non-fumeurs frappés plus tôt

Si tous les fumeurs font face à un risque nettement plus élevé de crises cardiaques que les non-fumeurs, il restait donc à éclaircir l’ampleur de ce risque dans les différents groupes d’âge. L’équipe d’Ever Grech a examiné les données de 1 727 adultes (des fumeurs pour la moitié) qui ont subi un traitement pour un type courant d’infarctus du myocarde, connu sous le sigle Stemi, entre 2009 et 2012. Une attaque cardiaque qui s’accompagne d’une modification de l’électrocardiogramme, indiquant la mort d’une large partie du muscle cardiaque.

>> A lire aussi : « La cigarette me fait encore de l’œil, mais ce n’est pas insurmontable »

Bilan : les fumeurs étaient plus jeunes d’au moins une décennie que les ex-fumeurs ou ceux qui n’avaient jamais fumé, quand la crise cardiaque est survenue. Ils étaient aussi deux fois plus susceptibles que les non-fumeurs d’avoir déjà souffert d’une maladie coronarienne.

« Réduire le nombre de cigarettes quotidiennes pourrait faire une différence »

Aider les jeunes fumeurs à cesser de fumer devrait être un objectif primordial, écrit dans le journal Heart le cardiologue Yaron Arbel, du centre médical de Tel-Aviv en Israël. Et si cela se révèle impossible, « même réduire le nombre de cigarettes fumées quotidiennement pourrait faire une différence ».

>> A lire aussi : Un site lancé pour sensibiliser les jeunes