Illustration de médicaments.
Illustration de médicaments. — Pixabay

POLITIQUE

Sécu, mutuelle, franchise… Zoom sur ce que prépare François Fillon pour votre santé

François Fillon souhaite confier au privé les soins qui ne concernent pas les maladies graves. Une révolution pour notre système de santé?

« Ce serait une révolution », tranche Marc Maurel. Il est désormais le candidat des Républicains après sa victoire dimanche soir. Mais que prépare François Fillon côté santé?

VIDEO. Primaire à droite: Mais c'est quoi (en vrai) les différences entre le programme de Fillon et de Juppé?

Privatiser la santé

En effet, François Fillon a lancé la semaine dernière deux pistes pour réformer en profondeur notre système de santé s'il devait accéder à l'Elysée en mai 2017. Premier bouleversement : la mise en place d’une franchise universelle, une sorte de bouclier sanitaire, dont le montant reste inconnu et qui devrait varier selon le revenu. Les premières dépenses, jusqu’à un certain seuil, ne seraient donc plus remboursées ni pas la sécurité sociale, ni par les complémentaires santé.

En clair, si aujourd’hui un patient ne paie qu’un euro de sa poche quand il va voir un généraliste et quelques centimes par boîte de médicament, il pourrait payer plein pot… jusqu’à une certaine somme.

Deuxième proposition clivante : François Fillon propose de concentrer les remboursements de la sécu sur « les affections graves et de longue durée », et que ce soit les assurances privées qui prennent en charge les autres dépenses. Mais il nuance : les plus pauvres, ceux qui n’ont pas accès à l’assurance privée bénéficieraient d’« un régime spécial de couverture accrue ».

Un impact sur le portefeuille

Des propositions qui ont fait bondir Marisol Touraine. L’actuelle ministre de la Santé s’est fendue d’un tweet cinglant.

Un chiffre impossible à vérifier tant les propositions restent floues. La franchise s’élèvera-t-elle à 50 ou 500 euros ? Si prévention, vaccination, consultations chez le généraliste ne sont plus remboursés par la sécurité sociale, les familles risquent de voir leur budget santé exploser. Mais déjà, l’équipe de campagne de François Fillon nuance. Dans Les Echos, la porte-parole santé Dominique Stoppa-Lyonnet assure : « Il est possible que nous renoncions à cette franchise universelle, pour revenir à un système plus classique ».

Mais le candidat pourrait tirer des bénéfices d’avoir mis au centre du débat la santé. Dans un sondage Odoxa de mi-novembre, 3 Français sur 4 regrettaient que la santé soit la grande absente des débats politiques et électoraux. « François Fillon a capté l’inquiétude sur l’avenir de la sécurité sociale très forte aujourd’hui, analyse Claude Le Pen, économiste de la santé.

« Les Français paieront plus cher pour être moins bien couverts »

Adieu donc le tiers payant. Et si les frontières des soins «courants» sont encore floues, Dominique Stoppa-Lyonnet donne comme exemple dans Les Echos « le désordre digestif temporaire, la grippe [...] L'optique, le dentaire, les audioprothèses n'ont pas à être financés par l'assurance-maladie de base ».
« Si ce programme était mis en œuvre tel quel, il inverserait la tendance actuelle : alors que de 2007 à 2012, les dépenses de soin ont augmenté, elles ont stagné depuis 2012 », souligne Mathieu Escot, responsable d’études chez UFC Que Choisir. La santé ne coûtera peut être pas plus cher pour tous, mais elle sera moins solidaire. »

Pour Marc Maurel, président du Collectif Interassociatif sur le Santé, « c’est très préoccupant. C’est la fin du système mis en place par le Général De Gaulle où chacun cotise selon ses moyens et reçoit des soins selon ses besoins. » Pour lui, c’est simple, « les Français paieront plus cher pour être moins bien couverts. Le coût pour avoir une complémentaire santé est le même quel que soit votre revenu.

Et si on transfère la majorité du risque sur les assurances privées, les prix vont augmenter. C’est très anglo-saxon comme philosophie. Or, le système américain est à la fois plus coûteux que le nôtre et le nombre de laissés-pour-compte est impressionnant. »

« François Fillon brise un tabou »

Une révolution ? Pas vraiment, nuance Claude Le Pen. « François Fillon brise un tabou plus qu’il ne change une réalité. Cela va à l’encontre de l’universalité de notre système de santé. Mais on a déjà commencé à s’éloigner de ce mythe. »

En effet, l’économiste souligne que depuis une dizaine d’années, des centaines de médicaments sont soit déremboursés, soit moins remboursés. « D’autre part, les patients qui souffrent de pathologies graves sont remboursés à 100 % quand certains soins « courants » sont remboursés à 50 %. Mais cette différenciation n’est ni explicite, ni assumée. »

Et surtout moins visible car jusqu’ici, les assurances santé couvraient ces frais supplémentaires. Mais si François Fillon met vraiment en œuvre cette franchise, les Français risquent de voir plus directement l’impact sur leur portefeuille.

Primaire à droite: Salariés, fonctionnaires, chômeurs, patrons... Les promesses de Fillon et Juppé