Grande-Bretagne: Les ados avalent une baignoire de boissons sucrées par an

SANTE Les 11-18 ans ingurgitent plus de 234 cannettes...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'une baignoire.
Illustration d'une baignoire. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Même si l’on est allergique aux problèmes de robinets, l’ordre de grandeur fait frémir. Les adolescents britanniques consomment en moyenne l’équivalent d’une baignoire de boissons sucrées par an, s’est alarmée mardi l’organisation Cancer Research, sur fond de critiques de la politique du gouvernement de Theresa May en matière de lutte contre l’obésité.

>> A lire aussi : La moitié des Français de plus de 30 ans sont en surpoids

Selon les chiffres publiés par Cancer Research, basés sur une enquête nationale, la consommation des adolescents de 11 à 18 ans représente plus de 234 cannettes de boissons sucrées par an, soit « trois fois » la quantité recommandée de sucre ajouté. Chez les enfants de 4 à 10 ans, cette consommation est d’environ 110 cannettes par an, et de 70 pour ceux âgé de 18 mois à trois ans.

>> A lire aussi : La taxe soda porte ses fruits en France

Dénonçant des chiffres « choquants », la responsable de la prévention au sein de Cancer Research, Alison Cox, a mis en garde dans un communiqué contre les risques d’obésité, cancers et autres maladies pouvant découler d’une consommation excessive de sucre. Elle a également appelé le gouvernement britannique à mettre en œuvre au plus vite une taxe sur les boissons sucrées non-alcoolisées, une mesure adoptée seulement par quelques pays dans le monde comme la France ou le Mexique.

Les enfants britanniques parmi les moins actifs au monde

Le gouvernement conservateur avait annoncé en mars l’introduction dans les deux ans de cet impôt, repris en août dans un projet visant à combattre l’obésité, mais jugé globalement très insuffisant par des professionnels de la santé.

>> A lire aussi : Coca-Cola et PepsiCo ont « arrosé » les organismes de santé publique

Selon Cancer Research, une taxe sur le sucre de 20 centimes par litre de sucre pourrait prévenir 3,7 millions de cas d’obésité au cours de la prochaine décennie. « Le gouvernement peut faire encore davantage pour la prochaine génération » en limitant la publicité sur la « junk food » à la télévision, a ajouté Alison Cox.

L’appel de Cancer Research intervient alors que selon une étude du Congrès international sur l’activité physique et la santé publique publiée lundi par quotidien The Daily Telegraph, les enfants britanniques sont parmi les moins actifs au monde. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait appelé début octobre les gouvernements à taxer les boissons sucrées afin de combattre l’obésité. A l’échelle mondiale, le nombre de cas d’obésité a doublé depuis 1980.