VIDEO. Etats-Unis: Une petite fille est venue au monde «deux fois»

MONDE Lors de la 23e semaine de grossesse, le fœtus, atteint d’une tumeur au coccyx, avait dû être «sorti» du ventre de sa mère pour être opéré, avant d’être remis au chaud le temps de terminer son développement…

20 Minutes avec agence

— 

Quand la petite LynLee est née le 6 juin dernier dans l’Etat américain du Texas, sa mère avait en fait accouché du bébé pour la deuxième fois.
Quand la petite LynLee est née le 6 juin dernier dans l’Etat américain du Texas, sa mère avait en fait accouché du bébé pour la deuxième fois. — Capture d'écran / Dailymotion

LynLee, une petite Américaine de près de cinq mois est née… deux fois. En effet, une échographie réalisée à la 16e semaine de grossesse avait révélé une tumeur au coccyx chez l’enfant, né le 6 juin dernier au Texas.

Lors de la 23e semaine, le fœtus aurait alors été « sorti » du ventre de sa mère, Margaret Bormer, pour une intervention d’une vingtaine de minutes. Puis il aurait été remis bien au chaud, le temps de poursuivre son développement.

Une seconde opération huit jours après la naissance

La maladie « commençait à détruire son cœur et risquait de lui provoquer des dommages cardiaques. Il nous fallait choisir entre laisser cette tumeur prendre peu à peu tout son corps ou lui donner une chance de vivre », se rappelle sa maman, citée par CNN.

Douze semaines après l’intervention, la petite fille a donc officiellement vu le jour par césarienne. Huit jours plus tard, une seconde opération chirurgicale a été pratiquée pour éliminer ce qui restait de la tumeur, qui toucherait un fœtus sur 35.000. Aujourd’hui, l’enfant se porte bien. « On a hâte de voir comment elle grandit et ce qu’elle va faire », confie sa mère.

Les médecins français dubitatifs

De leur côté, s’ils saluent l’issue heureuse de cette rare intervention, les médecins français tiennent à apporter quelques précisions. « Il n’est pas possible de sortir le fœtus de l’utérus ! On fait une petite incision et on le manipule à travers l’ouverture pour amener le bas de son dos à la surface de la paroi et opérer. Ensuite, on recoud », explique le professeur Jean-Marie Jouannic, de l’hôpital Trousseau de Paris, cité par Le Parisien.

D’après le spécialiste, « on appelle cela une chirurgie à ciel ouvert, mais l’enfant n’est pas extrait de l’utérus, autrement il commencerait à respirer ». En outre, « L’utérus se rétracterait et il serait impossible de replacer l’enfant à l’intérieur », assure de son côté Bernard Hedon, gynécologue obstétricien au CHU de Montpellier (Hérault).