Grossesse: Un risque d’accident vasculaire cérébral presque doublé chez les 12-24 ans

ETUDE En revanche, une grossesse dans la tranche 35-45 ans ne paraît pas accroître le risque d’AVC et le réduit même chez les 46-55 ans…

20 Minutes avec agences

— 

Photo d'illustration pour la grossesse
Photo d'illustration pour la grossesse — CLOSON/ISOPIX/SIPA

La grossesse double presque le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) chez les jeunes femmes (12 à 24 ans), jusqu’à six semaines après l’accouchement, par rapport à celles de la même tranche d’âge n’étant pas enceintes.

Dans leur étude publiée lundi en ligne par la revue médicale JAMA Neurology, les scientifiques du département de neurologie de  l’université de Columbia expliquent avoir analysé les cas de 19.146 femmes ayant été hospitalisées pour un AVC entre 2003 et 2012 dans l’Etat de New York. 797 (4,2 %) d’entre elles étaient enceintes ou venaient d’accoucher.

Le taux d’AVC chez les 12-24 ans enceintes ou venant d’accoucher est de 14 pour 100.000

Chiffres à l’appui, les équipes du professeur Eliza C. Miller ont alors déterminé que le taux d’AVC chez les 12-24 ans enceintes ou venant d’accoucher était de 14 pour 100.000, contre 6,4 pour 100.000 pour leurs contemporaines sans grossesse. Pour les 25-34 ans, ces taux étaient respectivement de 21,2 pour 100.000 et de 13,5 pour 100.000.

En revanche, selon les auteurs de l’étude, une grossesse dans la tranche 35-45 ans ne paraît pas accroître le risque d’AVC par rapport aux autres femmes du même âge, et le réduit même chez les 46-55 ans. Dans le détail, la fréquence des AVC était de 33 pour 100.000 chez les femmes âgées de 35 à 44 ans attendant un enfant et de 31 pour 100.000 chez les autres, soit quasiment aucune différence.

>> A lire aussi : Maladies cardiovasculaires: La moitié des femmes qui en meurent ont entre 20 et 45 ans

Déterminer le lien entre grossesse et risque d’AVC chez les futures jeunes mamans

A noter que chez les 45 à 55 ans, une grossesse réduit même le risque d’AVC avec 46,9 cas pour 100.000 par rapport à une incidence de 73,7 pour 100.000 chez celles n’étant pas enceintes.

« Certains mécanismes spécifiques pourraient intervenir pour expliquer pourquoi les femmes enceintes plus jeunes » ont plus de risques de faire un AVC, expliquent nos experts qui devraient poursuivre leurs analyses sur un panel de données de santé plus larges. Ceci afin de déterminer le lien entre grossesse et risque d’AVC chez les futures jeunes mamans.