Journée du don d'organes: Plus de 20.000 patients en attente de greffe l'an dernier en France

SOCIETE 553 personnes sont décédées en 2015 fautes de donneurs d'organes. A partir de 2017, chaque citoyen sera considéré comme un «donneur présumé»...

20 Minutes avec agence

— 

Un chirurgien pendant une opération (illustration).
Un chirurgien pendant une opération (illustration). — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

La greffe d’organe est une chirurgie devenue courante et 15 personnes en moyenne sont opérées chaque jour. Pourtant, des milliers de patients sont en attente d’une greffe dans l’Hexagone, faute de donneurs. Une situation due essentiellement à un manque d’information rapporte Ouest-France, alors que se tient ce 17 octobre la journée mondiale du don d’organes et de la greffe, sous l’égide des Nations unies.

En 2015, 21.400 personnes étaient en attente d’une greffe (7.638 personnes se sont inscrites sur les listes dans l’année, âgées en moyenne de 52 ans). Dans le même temps, 5.746 organes ont été greffés. C’est 389 de plus qu’en 2014 et 35 % de plus qu’il y a dix ans.

553 décès de patients en attente de greffe

Cette progression cache cependant un déficit de donneurs. 553 personnes sont décédées en 2015 alors qu’elles étaient en attente d’une greffe, dont 266 personnes en attente d’un rein, 181 en attente d’un foie et 78 personnes en attente d’un cœur souligne France Bleu.

A partir du 1er janvier 2017, chaque Français sera considéré comme un « donneur présumé ». Aussi, la famille d’un défunt sera informée, mais non plus consultée. Au nom du principe de solidarité, la loi fait de chaque citoyen un donneur d’organes et de tissus, sauf s’il a fait savoir de son vivant qu’il y était opposé en s’inscrivant sur le registre national des refus.

>> A lire aussi : Don d'organes: Plus d'un tiers des familles refuse le souhait du donneur