Grippe: Le virus a davantage touché les enfants que les seniors l'hiver dernier

VIRUS C’est la nature rare de la souche ayant sévi en 2015-2016 qui a rendu les plus jeunes patients particulièrement vulnérables…

20 Minutes avec agence

— 

Un enfant en consultation chez son médecin
Un enfant en consultation chez son médecin — CLOSON DENIS/ISOPIX/SIPA

L’an dernier, la saison grippale a présenté des caractéristiques rarement observées. Le virus a en effet été moins virulent chez les personnes âgées que chez les enfants de moins de 15 ans.

Ces derniers ont représenté 42 % des consultations en ville concernant les 2,3 millions de patients qui ont souffert de la grippe en 2015. Une proportion bien plus élevée que les pourcentages observés ces dernières années.

>> A lire aussi : Etes-vous incollable sur la grippe?

Un faible degré de protection

Tel est le résultat du bilan de surveillance de la grippe 2015-2016 émis par Santé Publique France et publié mardi dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH). Les spécialistes expliquent leur constat par le faible degré de protection au virus présenté par les plus jeunes patients lors de l’épidémie, qui s’est achevée fin avril 2016.

En effet, la souche B/Victoria, qui a infecté 70 % des malades l’année dernière, n’avait précédemment sévi qu’en 2005-2006 et 2010-2011. Le système immunitaire des plus petits enfants n’y était donc pas préparé. Le vaccin utilisé l’hiver dernier ne protégeant pas de ce type précis de virus, les jeunes n’ont pas pu non plus compter sur le sérum pour échapper à la maladie.

Les séniors davantage infectés par un autre virus grippal

Les seniors, mieux immunisés contre cette souche, ont à l’inverse été davantage infectés par l’autre virus grippal très actif l’an dernier, le sous-type A (H1N1) pdm09. Mais le vaccin protégeant de ce dernier permet aux plus prévoyants qui représentent environ 50 % de la population d’être épargnés par les complications liées à la pathologie.

Voilà pourquoi l’épisode grippal, bien que plus tardif et plus long que les précédents, n’a pas causé de surmortalité chez les seniors et a été « d’ampleur et de gravité modérées ».

>> A lire aussi : Grippe: «Le vaccin ne protège pas contre l’épidémie, mais contre la mortalité»