Lombalgies, tendinites, arthrose de la hanche... 50% des Français souffrent de douleurs articulaires

ENQUETE Pour près d'un Français sur dix, il ne s'agit cependant pas de maladies...

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'une salariée souffrant de mal de dos.
Illustration d'une salariée souffrant de mal de dos. — AIRIO/LEHTIKUVA OY/SIPA

Un Français sur deux souffre de douleurs articulaires, et pour les trois quarts de ceux qui en ont souffert, ces douleurs ont perturbé leur vie quotidienne. Selon une enquête sur les Français et les rhumatismes, 93 % des personnes interrogées ont déjà souffert de douleurs articulaires dont 56 % en ont souffert pendant plus d’un mois et 51 % en souffrent actuellement.

Près de 4.000 enfants souffrent de rhumatismes inflammatoires

Et 74 % d’entre eux citent un impact négatif, avec en tête un retentissement sur le sommeil (66 %) et les activités de loisirs (56 %). A noter qu’un tiers des 18-24 ans ont même confié souffrir de douleurs articulaires au moment du sondage. Preuve qu’il ne s’agit pas de maladies uniquement liées au vieillissement de la population.

En France, près de 13 millions de Français souffrent de rhumatismes dont près de 10 millions d’arthrose, et un demi-million de rhumatismes inflammatoires chroniques, parmi lesquels la polyarthrite rhumatoïde et la spondylarthrite sont les plus fréquents. Et près de 4.000 enfants sont touchés par des rhumatismes inflammatoires.

Les maladies articulaires, cause majeure d’arrêts de travail

Pourtant, selon cette enquête publiée à l’occasion de la Journée mondiale contre les rhumatismes du 12 octobre, près de trois Français sur dix considèrent que les rhumatismes ne sont pas des maladies. « Il y a clairement un décalage entre l’impact réel vécu par le patient au quotidien et les connaissances sur ces maladies considérées comme ayant peu de conséquences », analyse ainsi le Pr Francis Berenbaum (Inserm/AP-HP),

Or les maladies articulaires, qui entravent la mobilité et sont une cause majeure d’arrêts de travail, peuvent également accroître indirectement la mortalité cardiovasculaire mais aussi par cancers en raison de la sédentarité qu’elles entraînent, avertit ce spécialiste.

Activité physique, alimentation équilibrée, éducation et formation

Activité physique, alimentation équilibrée, éducation dès l’enfance sur l’importance de préserver son « capital ostéoarticulaire » ou formation des entraîneurs sportifs aux conséquences des traumatismes sont les pistes avancées pour prévenir durablement ces maladies.

>> A lire aussi : Comment les entreprises tentent de lutter contre les troubles musculo-squelettiques

A l’occasion de la Journée mondiale contre les rhumatismes, l’Inserm et Ensemble contre les rhumatismes (ECR), qui promeut la recherche sur ces maladies qui touchent un quart de la population européenne (soit plus de 120 millions de personnes), rappellent que les troubles musculo-squelettiques ( lombalgies, cervicalgies, tendinites, arthrose de la hanche ou du genou, ostéoporose…) représentent la plus grande cause de handicap dans la région européenne.

Enquête publiée par l'Inserm et l'initiative Ensemble contre les rhumatismes (ECR) et réalisée par l'Ifop auprès d'un échantillon réprésentatif de 1.011 adultes (18 ans et +).