« Alcosynth », cet alcool de synthèse qui vous évite la gueule de bois

SCIENCES Le breuvage permet de ressentir les effets de l'ivresse pendant deux heures tout en évitant les effets néfastes de l'alcool sur la santé...

20 Minutes avec agence

— 

De l'alcool, sans gueule de bois, pourquoi pas.
De l'alcool, sans gueule de bois, pourquoi pas. — KROD/WPA/SIPA

Fini la « gueule de bois » après une soirée trop arrosée. David Nutt, un scientifique britannique, a mis au point « Alcosynth ». Il s’agit d’un alcool synthétique qui imiterait les effets de l’ivresse durant deux heures tout en vous évitant d’hériter des effets néfastes et bien connus de l’alcool sur la santé.

 

>> A lire aussi : On a demandé aux internautes de «20 Minutes» leur remède contre la gueule de bois


Interrogé par The Telegraph, David Nutt explique : « Nous avons beaucoup de connaissance sur les effets de l’alcool sur le cerveau […] Nous savons où les bons effets de l’alcool sont activés dans le cerveau et nous pouvons les imiter. Mais en évitant les mauvaises zones, on évite les mauvais effets. »

Près de 90 combinaisons chimiques testées avant d’obtenir la précieuse formule

De fait, notre professeur en neuropsychologie à l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni) a testé près de 90 combinaisons chimiques avant d’obtenir sa précieuse formule « anti-gueule de bois ». Deux seraient même sur le point d’être commercialisées, même si personne pour le moment ne sait vraiment ce qui les compose.

>> A lire aussi : La Corée du Nord affirme avoir inventé le premier alcool garanti sans gueule de bois

En effet, celui qui fut un conseiller spécialisé dans les drogues du gouvernement britannique n’a pas souhaité partager la recette de son alcool synthétique. Reste que selon lui, « l’Alcosynth » remplacera l’alcool traditionnel d’ici à 2050. « Ce dérivé se trouvera dans les bars à côté du whisky et du gin. Vous mixerez votre cocktail sans pour autant que cela endommage votre foie et votre cœur », promet ainsi David Nutt, qui, comme le rappelle L’Express, avait été remercié par le gouvernement après avoir affirmé en 2009 que prendre de l’ecstasy n’était pas plus dangereux que de monter à cheval.

 

>> A lire aussi : Il cherche des cobayes pour une étude sur le LSD, la demande explose