Obésité: Les porteurs du gène ont autant de chance de perdre du poids que les autres

ETUDE Il leur suffit de faire de l'exercice physique et un régime...

20 Minutes avec agences

— 

Une femme obèse photographiée le 15 juillet 2016, en France.
Une femme obèse photographiée le 15 juillet 2016, en France. — GILE MICHEL/SIPA

L’exercice physique et les régimes sont aussi efficaces pour les personnes génétiquement prédisposées à l’obésité que pour celles qui ne le sont pas. Tels sont les résultats obtenus par une équipe internationale de chercheurs qui a passé en revue huit études portant au total sur plus de 10.000 personnes.

>> A lire aussi : A chaque gène, son régime

Ils « réagissent aussi bien que les autres aux actions pour perdre du poids »

Dans leur bilan publié en ligne cette semaine dans le British Medical Journal, les scientifiques expliquent qu’une recherche britannique a montré en 2007 que les porteurs du gène FTO (Fat mass and Obesity-associated protein) avaient davantage de risque de souffrir d’obésité. Il est cependant avéré que « les individus porteurs de la variation FTO réagissent aussi bien que les autres aux actions pour perdre du poids, qui sont basées sur l’alimentation, l’activité physique ou les traitements médicamenteux », déclarent les auteurs de l’étude.

La prédisposition génétique à l’obésité « peut être contrebalancée »

Pour preuve, les participants aux programmes de perte de poids et porteurs de la variation FTO pesaient en moyenne presque un kilo (0,89 kg) de plus que les autres au début de chacun des huit études passées au crible.

>> A lire aussi : Obésité: L’indice de masse corporelle idéal serait de 27, d'après les scientifiques

Et ces volontaires porteurs du gène ont pourtant, par la suite, perdu autant de poids ou de centimètres de tour de taille que les personnes non porteuses de la variation génétique et ce, quelle que soit la méthode utilisée pour perdre du poids.

Cela signifie donc que la prédisposition génétique à l’obésité, maladie associée à un risque accru d' affections cardiovasculaires, d’accidents vasculaires et de certains cancers, « peut être contrebalancée au moins en partie par de telles actions », soulignent les scientifiques.