Tabac: La cigarette diminuerait la sensation de faim et les apports caloriques

ETUDE Il existe un lien entre entre la consommation de tabac, la faim, la valeur calorique des aliments choisis ou encore la quantité de certaines hormones présentes dans l’organisme, selon une étude...

20 Minutes avec agence

— 

une jeune fille fume une cigarette. Fumee. Bar.Foule.

Soiree dans un bar populaire toulousain. Interdiction de fumer dans les lieux publics a partir du 1er janvier 2008.
une jeune fille fume une cigarette. Fumee. Bar.Foule. Soiree dans un bar populaire toulousain. Interdiction de fumer dans les lieux publics a partir du 1er janvier 2008. — Alexandre GELEBART/REA

Le tabac contribuerait à faire diminuer la sensation de faim et les apports caloriques chez les fumeurs. La cigarette, qui agit directement sur le taux de ghréline, une hormone digestive qui contrôle notre appétit (« l’hormone de la faim »), limiterait ainsi la prise de poids tout en favorisant l’arrivée de kilos supplémentaires chez celles et ceux qui arrêtent de fumer.

>> A lire aussi : Une hormone cérébrale empêcherait les femmes de maigrir

Fumer réduit l’apport nutritif quotidien de 152 calories

Le constat est vécu au quotidien par les fumeurs, qui hésitent fortement à écraser leur dernière cigarette, tant la prise de poids les inquiète. Et il vient d’être scientifiquement prouvé par des chercheurs grecs.

Présentée dans le cadre du Congrès international de la Société Respiratoire Européenne (ERS) qui s’est tenu jusqu’à ce 7 septembre à Londres (Royaume-Uni), leur étude démontre que le tabac bouleverserait le rôle de « l’hormone de la faim » censée contrôler notre appétit et que le fait de fumer réduit précisément l’apport nutritif quotidien de 152 calories. Pour parvenir à cette conclusion, les spécialistes ont observé le comportement de deux groupes de sept volontaires en bonne santé après avoir, pour les uns, fumé deux cigarettes ou, pour les autres, simplement tenu un clope.

>> A lire aussi : Payer les femmes enceintes pour ne plus fumer? «C'est efficace», selon les experts

De futures études réalisées sur un panel plus large de volontaires

Invités, après 45 minutes, à manger ce qu’ils souhaitaient, les sujets ont ensuite subi des tests sanguins et une évaluation de leur apport calorique, de leur appétit et de leur envie de fumer.

Les experts ont alors établi ce lien entre la consommation de tabac, la faim, la valeur calorique des aliments choisis ou encore la quantité de certaines hormones présentes dans l’organisme. Si le travail des scientifiques grecs vient démontrer la croyance populaire, il doit être enrichi de nouveaux résultats issus de futures études réalisées sur un panel plus large de volontaires.