Savons antibactériens: 19 perturbateurs endocriniens interdits aux Etats-Unis

SOCIETE Les fabricants disposent d'un an pour retirer triclocarban, triclosan et compagnie de leurs produits ou retirer ces derniers du marché...

20 Minutes avec agences

— 

Utilisation de gel hydroalcoolique. Illustration.
Utilisation de gel hydroalcoolique. Illustration. — Zeppelin / Sipa

Dix-neuf ingrédients utilisés dans des savons antibactériens et des produits cosmétiques pourraient présenter un risque pour la santé sans être efficaces contre les microbes.

Soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens, triclocarban, triclosan et compagnie viennent donc d’être interdits par l’ Agence des produits alimentaires et des médicaments (FDA) aux Etats-Unis. Ceci alors que les fabricants (Johnson & Johnson, Procter and Gamble, etc.) n’ont pas fourni à la FDA des données convaincantes prouvant l’innocuité et l’efficacité de ces antibactériens.

>> A lire aussi : Quand les savons antibactériens ne sont pas efficaces... contre les bactéries

« Les consommateurs pourraient penser que ces savons antibactériens sont efficaces pour empêcher la propagation des microbes mais nous ne disposons d’aucune indication scientifique montrant qu’ils sont meilleurs que le savon ordinaire ou que l’eau », a souligné Janet Woodcock, directrice du centre d’évaluation et de recherche de la FDA.

Plus de 2.000 produits antibactériens concernés

Selon Theresa Michele, responsable de la division des produits non médicamenteux au sein de l’organisme, « une vaste majorité » des plus de 2.000 produits antibactériens actuellement sur le marché contient au moins l’une des substances désormais interdites. Et les fabricants disposent ainsi d’un an pour retirer les substances incriminées de leurs produits ou retirer ces derniers du marché.

Pour rappel, en 2013 déjà, la FDA avait suggéré qu’une exposition sur une longue durée à certaines substances contenues dans des produits antibactériens pouvait présenter des risques pour la santé, comme provoquer une résistance microbienne et affecter le système hormonal. Les industriels avaient alors été priés de fournir davantage de données prouvant l’innocuité et l’efficacité de leurs produits antibactériens pour pouvoir continuer à les vendre.

Une « grande victoire pour la santé humaine et l’environnement ».

Si l’American Cleaning Institute (ACI), qui représente cette industrie, a assuré que « les consommateurs pouvaient continuer à utiliser ces savons antibactériens avec confiance comme ils l’ont fait depuis des décennies », de son côté, l’association de défense des consommateurs Environmental Working Group a salué l’interdiction qualifiée de « grande victoire pour la santé humaine et l’environnement ».

>> A lire aussi : Le gel antibactérien favoriserait l'absorption par la peau du bisphénol A

A noter que cette interdiction survenue vendredi n’affecte cependant pas les désinfectants pour les mains ni d’autres produits antibactériens utilisés dans les hôpitaux et centres médicaux.