Les premiers moustiques porteurs du Zika détectés aux Etats-Unis

SANTE Dans un rapport, des experts estiment qu'un tiers de l'humanité vit dans des zones à risque...

20 Minutes avec AFP

— 

Les moustiques tigres peuvent transmettre le virus zika.
Les moustiques tigres peuvent transmettre le virus zika. — YURI CORTEZ / AFP

Le virus du Zika a été détecté chez des moustiques découverts à Miami, une première sur le territoire continental des Etats-Unis qui confirme sa transmission locale, ont annoncé les autorités de Floride jeudi.

Les moustiques ont été capturés à Miami Beach, île très touristique faisant face à cette ville du sud-est des Etats-Unis, où des cas de personnes infectées ont déjà été signalés.

Pas une surprise

« Cette découverte est décevante mais pas surprenante », a réagi le commissaire pour l’Agriculture de la Floride dans un communiqué. « La Floride est l’un des meilleurs (Etats) du pays en terme de surveillance du moustique et de contrôle, cette détection nous permettant de cibler de façon efficace nos moyens », a-t-il ajouté.

Les premiers cas de transmission locale du virus du Zika à Miami Beach avaient été signalés à la mi-août. Le virus, qui provoque des malformations congénitales, avait auparavant déjà été détecté en juillet dans le quartier branché de Wynwood, à Miami. Il est également présent dans les comtés de Palm Beach et Pinellas, dans le même Etat de Floride au climat chaud et humide. Les autorités sanitaires ont recommandé aux femmes enceintes d’éviter les zones signalées.

La Floride a jusqu’ici recensé 49 cas d’individus ayant contracté localement le virus, selon le département de la santé de l’Etat, qui fait également état de 656 cas contractés à l’étranger. En tout, 80 femmes enceintes ont été touchées en Floride.

2,6 milliards de personnes dans des zones à risque

Parallèlement, une nouvelle étude a été publiée, jeudi. Selon les chercheurs, un tiers de l’humanité - 2,6 milliards de personnes - vit dans des pays où le virus Zika pourrait encore se propager, en tête desquels l’Inde et la Chine, mais également plusieurs pays d’Asie du sud-est et d’Afrique. Cette évaluation, publiée dans la revue médicale britannique The Lancet Infectious Diseases, est la première de ce type sur les risques de transmission de Zika, une infection virale qui a déjà touché 1,5 million de personnes au Brésil.