Etats-Unis: Les autorités sanitaires s'inquiètent du bond des overdoses de Fentanyl contrefait

DROGUES Elles évoquent une épidémie «sans précédent» d'overdoses liée à ce médicament synthétique jusqu'à cent fois plus puissant que la morphine...

20 minutes avec agences

— 

Des pillules d'hydrocodone contrefaites contenant du Fentanyl.
Des pillules d'hydrocodone contrefaites contenant du Fentanyl. — DEA/SIPA

Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont constaté depuis 2013 dans de nombreux Etats du pays « une hausse importante (79 %) d’overdoses fatales liées à des opiacés synthétiques ». Parmi ces derniers, des antidouleurs à base de Fentanyl contrefait, un médicament synthétique jusqu’à cent fois plus puissant que la morphine.

>> A lire aussi : Mort de Prince: C'est quoi le Fentanyl, cet opiacé fatal au chanteur

392 morts en 2013, 1.400 en 2014

Selon les CDC, le total de décès causés par cet antidouleur est ainsi passé de 392 en 2013, à 1.400 en 2014. Huit Etats sont particulièrement affectés : le Massachusetts, le Maine, le New Hampshire, l’Ohio, la Floride, le Kentucky, le Maryland et la Caroline du Nord. Les centres indiquent également que les saisies de produits contenant du Fentanyl ont plus que quintuplé (+426 %) entre 2013 et 2014, aux Etats-Unis.

Dans un rapport publié ce jeudi, ces autorités sanitaires tirent ainsi la sonnette d’alarme et assurent que « par rapport à l’épidémie d’overdoses au Fentanyl de 2005-2007, lorsque les décès avaient été cantonnés à quelques Etats, l’épidémie actuelle est sans précédent par son envergure ».

>> A lire aussi : La production d'opium chute mais l'héroïne continue d'inonder les marchés

Comprimés contrefaits ou mélangé à de l’héroïne

Le Fentanyl est utilisé comme anesthésiant depuis les années 1960, et il est aussi souvent prescrit comme antidouleur en cas de cancers ou de maladies chroniques. La circulation de versions illégales a explosé en 2013 et, depuis, les trafiquants en incorporent fréquemment dans des comprimés contrefaits.

Ils en mélangent également à de l’héroïne, avec le risque de provoquer l’arrêt du système respiratoire du consommateur. Ainsi, la star de la pop Prince, qui est décédée en avril d’une overdose accidentelle de Fentanyl, pourrait avoir consommé à son insu un médicament de contrefaçon.

 

>> A lire aussi : Prince est mort d'une overdose de Fentanyl, un antidouleur opiacé