Sebastian DeLeon, 16 ans, a survécu, en août 2016, à une amibe mangeuse de cerveau. Un miracle, selon les médecins de l'hôpital pour enfants de Floride.
Sebastian DeLeon, 16 ans, a survécu, en août 2016, à une amibe mangeuse de cerveau. Un miracle, selon les médecins de l'hôpital pour enfants de Floride. — WashingtonPost/YouTube

SOCIETE

VIDEO. Etats-Unis: A 16 ans, Sebastian survit à l'ultra mortelle amibe «mangeuse de cerveau»

Depuis 1962, l’amibe a touché 138 personnes aux Etats-Unis, dont trois seulement ont survécu...

Sebastian DeLeon, un adolescent américain de 16 ans qui avait contracté une amibe « mangeuse de cerveau », a survécu à cette maladie mortelle dans l’immense majorité des cas.

Les faits remontent au début du mois d’août. Alors qu’il est en vacances avec ses parents, l’adolescent se plaint de violents maux de tête, rapporte ABC. Il est alors admis en urgence à l’hôpital pour enfants de Floride, où les médecins pensent d’abord à une méningite.

Le corps de l’adolescent réfrigéré à 33 degrés

Mais des analyses plus poussées révèlent que l’adolescent a été contaminé par une amibe, un micro-organisme vivant dans les eaux peu profondes. Elle s’infiltre dans le nez des baigneurs et remonte le nerf olfactif jusqu’au cerveau, « dévorant tout sur son passage », avait indiqué en 2014 le magazine Sciences et Avenir.

Vu l’urgence de la situation, les médecins obtiennent rapidement un antidote, d’ordinaire utilisé dans le cadre des chimiothérapies, mais qui montre des signes encourageants dans ce genre d’infection. Le jeune homme est ensuite plongé dans un coma médicamenteux et son corps réfrigéré à près de 33 degrés, pour maximiser les chances de réussite du traitement.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Il avait un ver solitaire dans le cerveau

L’intervention est un succès. Trois jours plus tard, l’adolescent est considéré comme sauvé. Après deux semaines de soins, il a pu quitter l’hôpital avec ses parents pour retourner chez lui. Selon le Washington Post, depuis 1962, l’amibe a touché 138 personnes aux Etats-Unis. Seules trois, soit 2 % des cas, lui ont survécu.