Toulouse: Des patients obèses se font greffer un rein par un robot, une première en Europe

OPÉRATION Chez les personnes obèses, l’épaisseur de la paroi abdominale accroît le risque d’infections avec une opération classique...

20 Minutes avec agences

— 

Jeune femme obèse, illustration.
Jeune femme obèse, illustration. — FLORENCE DURAND / SIPA

Deux greffes rénales ont été réalisées en mai et juin par un robot chez des patients obèses au CHU de Toulouse (Haute-Garonne). Une première en Europe, indique ce vendredi l’établissement, précisant que les patients se portaient « très bien ».

Le premier patient avait un indice de masse corporelle (IMC) de 37, et le second un IMC de 40. Normalement, les patients dont l’IMC est supérieur à 35 ne sont pas éligibles à une greffe rénale classique, en raison des risques chirurgicaux encourus, jugés trop élevés.

40 % de risques supplémentaires pour les obèses

« Les obèses sévères ou morbides ont environ 40 % de risques supplémentaires de complications post-opératoires », a expliqué le docteur Nicolas Doumerc, qui a pris les commandes du robot pour la greffe.

Chez un obèse, l’épaisseur de la paroi abdominale accroît en effet le risque d’infections lors d’une opération classique. L’utilisation d’un robot évite alors d’ouvrir le ventre et ne nécessite qu’une petite incision de quatre centimètres.

>> A lire aussi : Italie: greffe de pancréas à l'aide d'un robot

Cette « prouesse technique », qui n’avait jusqu’alors été réalisée qu’à Chicago (Etats-Unis), donne « espoir à des patients obèses qui n’arrivent pas à maigrir et qui, jusqu’à présent, étaient exclus de la transplantation rénale », explique le Dr Doumerc. Ainsi, une vingtaine d’obèses malades pour qui la transplantation rénale classique est contre-indiquée « pourrait avoir accès » à l’opération.