Alzheimer: Un anti-inflammatoire pour retarder les troubles de la mémoire ?

ETUDE Des scientifiques ont testé avec succès sur des souris génétiquement modifiées les effets de l'acide méfénamique…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration. Deux infirmiers aident une personne âgée dans une maison de retraite.
Illustration. Deux infirmiers aident une personne âgée dans une maison de retraite. — ISOPIX/SIPA

L’acide méfénamique, un anti-inflammatoire prescrit notamment contre les douleurs liées aux règles, pourrait limiter les pertes de mémoire chez les malades d’ Alzheimer. Des scientifiques de l’Université de Manchester (Royaume-Uni) ont analysé l’effet de la molécule sur des souris modifiées génétiquement pour développer la maladie.

Leurs travaux ont été publiés jeudi dernier dans la revue Nature Communications. Les chercheurs ont administré de l’acide méfénamique à dix souris avec une mini-pompe sous la peau, et dix autres rongeurs ont reçu un placebo.

Une inversion complète de la mémoire

Bilan : les auteurs de l’étude ont constaté chez les rongeurs traités avec la molécule une inversion complète de la perte de la mémoire, leur permettant de retrouver les mêmes capacités que des souris non malades.

Des résultats concluants dus à la fameuse molécule, qui a en fait réduit l’inflammation dans le cerveau. Or, « il y a des preuves expérimentales qui suggèrent très fortement que l’inflammation dans le cerveau empire la maladie d’Alzheimer », explique David Brough, l’auteur principal de l’étude.

>> A lire aussi : Alzheimer: Des ultrasons pour restaurer la mémoire des malades

Bientôt une autorisation de mise sur le marché ?

Afin de vérifier si la molécule agit de la même façon sur les humains, des études supplémentaires seront nécessaires. « Une demande d’essai de phase 2 est d’ailleurs déposée (…) En cas de succès de ces premières étapes, il faudra encore au moins une dizaine d’années pour mettre au point un médicament sûr », précise Pourquoi Docteur.

Mais le site spécialisé indique aussi que « comme la molécule est déjà utilisée dans d’autres indications thérapeutiques, l’autorisation de mise sur le marché pourrait intervenir plus rapidement ».