Quand lecture rime avec augmentation de l’espérance de vie

ETUDE Trente minutes de lecture par jour feraient gagner deux ans de vie supplémentaires…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un livre
Illustration d'un livre — DANIEL ROLAND / AFP

Pour garder la santé, il est conseillé de faire du sport, de bien se nourrir… et de se plonger souvent dans un bon livre. Lire permettrait de vivre plus longtemps.

Une étude menée par des chercheurs de la Yale University School of Public Health (Etats-Unis), publiée en juillet dans Social Science & Medicine et relayée par Le Figaro et The New York Times, s’est intéressée au lien entre la bibliophilie et l’espérance de vie. Celle-ci a fait appel à 3.635 volontaires de 50 ans et a étudié sur une certaine durée leurs habitudes de lecture.

Deux ans de vie en plus

Bilan : l’espérance de vie augmenterait de 23 % sur douze ans chez ceux qui lisent plus de trois heures et demie par semaine, par rapport à ceux qui n’ouvrent jamais un livre. Ils gagneraient environ deux ans de vie.

De même, les participants qui lisent au moins 3h30 par semaine auraient 17 % de chances en moins de mourir dans les 12 années à venir par rapport aux non-lecteurs.

>> A lire aussi : Livre numérique: On s'équipe pour les vacances ou jamais?

Les romans auraient plus d’effet sur l’espérance de vie que les journaux. Les chercheurs souhaitent maintenant se pencher sur les bénéfices comparés des versions classiques, audio et électroniques d’un même type de livre.