Cancer de l'ovaire: Les «douches vaginales» augmenteraient les risques

ETUDE Cette mauvaise habitude élimine la flore protectrice, favorisant les risques d’irritations et d’infections…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration: Une jeune femme prend une douche.
Illustration: Une jeune femme prend une douche. — VALINCO/SIPA

Le lavement interne du vagin serait directement lié au risque de contracter un cancer des ovaires. Ce constat en forme de mise en garde a été formulé par des scientifiques ayant suivi pendant six ans 42.000 volontaires âgées de 35 à 74 ans. Toutes ont répondu à un questionnaire concernant leurs habitudes en matière de toilette intime.

Bilan des travaux, publiés dans la revue Epidemiology : au cours de cette période, 154 participantes ont développé un cancer de l’ovaire. L’étude révèle que les femmes ont deux fois plus de risque de développer ce type de pathologie si elles introduisent de l’eau à l’intérieur de leur vagin afin de le nettoyer.

Un danger pour le bon équilibre de la flore

Les produits chimiques contenus dans les substances ajoutées à l’eau et dans les poires à lavement, parfois utilisées pour ce type de nettoyage, peuvent en effet être dangereux pour le bon équilibre de l’organe.

Ainsi, en affaiblissant la flore protectrice, ces « douches vaginales » favorisent les risques d’irritations, voire d’infections, et peuvent même être à l’origine de dérèglements hormonaux.

>> A lire aussi : Cancer des ovaires: Un fabricant de talc condamné à une amende de 55 millions de dollars

Face à ce constat, la toilette intime est certes préconisée pour maintenir une bonne hygiène intime, mais sans pour autant laver l’intérieur du vagin. Les chercheurs tiennent à rappeler que l’organe, grâce aux sécrétions naturelles, assure lui-même sa propre hygiène.