Boire trop perturberait l'équilibre pulmonaire.
Boire trop perturberait l'équilibre pulmonaire. — KROD/WPA/SIPA

ETUDE

Consommé en excès, l’alcool affecterait les poumons et l’équilibre respiratoire

Les plus grands consommateurs d’alcool rejetteraient moins de monoxyde d’azote que les autres. Pourtant, ce gaz joue un rôle de protection contre certaines bactéries, et en particulier celles à l’origine des infections respiratoires…

Une raison de plus de prendre au sérieux la mention « à consommer avec modération ». Selon des chercheurs américains de l’université de Loyola, à Chicago, l’alcool aurait une influence néfaste sur l’équilibre respiratoire, entre autres méfaits.

Pour les besoins de leur étude, publiée ce mois-ci dans la revue Chest, les scientifiques ont suivi pendant cinq ans une cohorte de plus de 12.000 personnes, réparties en quatre groupes : abstinents, buveurs modérés, buveurs excessifs et anciens buveurs excessifs.

Une mesure de la quantité de monoxyde d’azote dans l’air expiré

A titre indicatif, les spécialistes ont classé parmi les buveurs excessifs les hommes buvant en moyenne plus de deux boissons alcoolisées par jour (une pour les femmes) ainsi que les amateurs de «binge drinking ».

Après avoir tenu compte d’autres facteurs (asthme, régime alimentaire, consommation de tabac…), ils ont mesuré, dans l’air expiré par chacun des volontaires, la présence de monoxyde d’azote, un gaz naturellement produit par le corps durant la respiration.

Un gaz essentiel dans la protection contre certaines bactéries

Bilan : les scientifiques ont observé des différences significatives dans la composition des haleines des différents groupes. Ainsi, les plus grands consommateurs d’alcool rejetaient moins de monoxyde d’azote que les autres.

Or, ce gaz joue un rôle de protection contre certaines bactéries, et en particulier celles à l’origine des infections respiratoires. Abuser de l’alcool perturberait donc l’équilibre pulmonaire et rendrait les consommateurs plus sensibles aux maladies infectieuses, conclut l’étude.

>> A lire aussi : Cancer: La consommation d'alcool serait à l'origine de sept pathologies