Gluten: Un marqueur prouve que la sensibilité est une réalité

ALIMENTATION La consommation de gluten ne provoque pas la même réaction immunitaire pour les malades cœliaques, les individus sensibles et ceux ne présentant aucun symptôme...

20 Minutes avec agence

— 

Pour les intolérants au gluten, le seul traitement, c'est d'adopter à vie un régime sans gluten.
Pour les intolérants au gluten, le seul traitement, c'est d'adopter à vie un régime sans gluten. — Franck LODI/SIPA

La sensibilité au gluten existe bel et bien, et la découverte d’un marqueur vient de le prouver. Une bonne nouvelle pour les personnes atteintes, mais qui ne souffrent pas pour autant de la maladie coeliaque, pathologie auto-immune causant des réactions gastro-intestinales à la suite de  la consommation au gluten.

Des réactions immunitaires différentes

En observant trois groupes de sujets, des chercheurs de l’Université de Columbia (Etats-unis) ont fait apparaître un marqueur, baptisé FABP2. Leur étude a été publiée la semaine dernière dans la revue scientifique Gut.

Bilan : les scientifiques ont pu prouver que la consommation de gluten ne provoquait pas la même réaction immunitaire pour les malades cœliaques, les individus sensibles et les individus ne présentant aucun symptôme.

Les « sensibles » au gluten représentent 1 % de la population

Ainsi, les malades coeliaques ressentent des symptômes gastro-intestinaux uniquement, la réponse immunitaire se limitant à l’intestin grêle. Les personnes « sensibles » au gluten souffrent quant à elles de fatigue, de difficultés cognitives ou de perturbation de l’humeur, en plus des désordres gastro-intestinaux.

>> A lire aussi : Alimentation: Bruno Pierre ou les recettes à succès d'un pionnier du sans gluten

Mais après six mois de régime sans gluten, les symptômes de ces personnes avaient significativement diminué. « Ces résultats vont dans le sens d’une réelle réaction de l’organisme et pourraient aider les professionnels de santé à détecter et prendre en charge ces patients », indique Pourquoi Docteur, qui précise que selon les estimations, 1 % de la population serait sensible au gluten.